Sri Lanka : les moustiques, un sujet piquant

La destination a fait l’objet d’un récent papier dans Pagtour. Serge Fabre y traitait des inondations qui avaient durement touché ce pays, nouvellement rouvert au Tourisme. Le Sri Lanka avait besoin de nous avait-il titré.

Au cours des 6 premiers mois, la dengue – infection virale qui se transmet par l’infection d’un moustique – a déjà tué 215 personnes, soit plus du double qu’en 2016.

Rétroactes

D’avril à mi-juillet, cette partie du globe subit les pluies de la mousson. Cette année, à l’instar de 2013, elles se sont avérées torrentielles. Des conséquences humaines et sanitaires qui ont nécessité l’installation de 200 camps de secours et le déploiement de milliers de militaires.

Les régions les plus touchées ont été Kalutara et Matara. De gros dégâts avaient également été constatés à Ratnapura. Le pays a du faire appel à l’aide internationale.

Photo ©Hervé Ducruet
Photo ©Hervé Ducruet

Une situation empirée par les déchets

Une catastrophe en amenant souvent une autre, les moustiques se sont invités dans la danse.

« L’humidité due à la mousson, les eaux stagnantes et surtout les montagnes d’ordures qui s’accumulent dans la capitale Colombo » sont la cause de cet incident connexe nous fait savoir l’AMP.

L’armée est désormais à pied d’œuvre pour pulvériser des insecticides sur les lieux incriminés afin de lutter contre la dengue.

Photo ©Hervé Ducruet
Photo ©Hervé Ducruet

« Au cours des six premiers mois de 2017, la dengue a infecté 71.000 personnes dans cette île de l’océan Indien, contre 55.000 pour tout 2016 » nous informent enfin nos collègues du journal l’Express.

Pour rappel, on ne dispose d’aucun traitement pour cette maladie qui peut se révéler mortelle chez les aînés, les enfants et les malades. Les deux hôpitaux de campagne sont actuellement pris d’assaut par les patients.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY