Spreekt U Jetair?

TUI fâché avec le français, les clients se plaignent

Pagtour a régulièrement attiré l’attention du Tour Opérateur sur l’utilisation parfois hasardeuse, voire vexatoire, du français au sein du groupe TUI. Malgré nos avertissements et ceux d’autres collègues de la presse francophone, il semblerait que la situation n’a pas évoluée. Nous l’avons vérifié à l’occasion d’un voyage en Crète au départ d’Ostende. Et ce ne fut pas triste !

Des traductions à l’emporte pièce

La traduction est un métier qui requiert quelques qualités. Redonner le sens de la phrase initiale est de loin plus important que sa traduction mot à mot. Une langue, ce sont des expressions ad-hoc et une musicalité que seuls quelques professionnels savent rendre à la perfection.

Chez TUI, il n’y a pas que le site (www.jetair.be) qui laisse pantois quant à l’utilisation du français. A titre d’exemple et via ce lien ( https://www.jetair.be/fr/inspiration-fr ), on remarquera aisément que si les intitulés démarrent en français, ils se terminent allégrement en néerlandais.

BarkieKidsClub_1Alors que sur cette même page, TUI nous fait savoir que des animations pour enfants se déroulent dans la langue de Molière, un simple clic sur le lien prête à rire. On y apprend que « L’ours Barkie souhaite les enfants la bienvenue… »

D’autres joyeusetés croquignolettes et dignes d’un sketch de Marc Herman fourmillent un peu partout. De quoi passer un bon moment de fou rire entre collègues au bureau.

En dehors du site, le magazine de Jetair vaut lui aussi son pesant de maatjes. C’est interpellé par les ricanements de francophones assis sur la même rangée que la nôtre, que nous nous sommes penchés dans le folder mis à dispositions des passagers. Un article consacré aux Caraïbes proposé en trois langues a failli faire exploser nos zygomatiques. On y lit une foule de choses passionnantes sur les us et coutumes de l’Amérique centrale.

« vous trouvez une longue série d’hôtels de luxe au bord de plages dignes des publicités pour des douceurs tropicales ou du gel douche bordent les plages »

Le texte nous apprend entre autre que: « les locaux adorent se prélasser toute la journée (sic). S’affaler sur les plages de sable blanc, un panama vissé sur la tête, en somnolant et en profitant jusqu’au coucher du soleil ». Un peu plus loin, le texte se veut même étonnant: « A Punta Cana, vous trouvez une longue série d’hôtels de luxe au bord de plages dignes des chapeau-panama-mayser-torinopublicités pour des douceurs tropicales ou du gel douche bordent les plages ». A ce moment-ci, on ignore si c’est Bart Dewever qui s’est chargé de la traduction, mais l’histoire du gel douche le long des plages nous a fait éclater de rire.

Alors que nous croyions être arrivé au bout du sketch, le texte se termine par une prévision météo à long terme: … « Cet hiver, Miami Beach affichera encore une moyenne de 25°C et il n’y pleuvra presque pas … ». Luc Trullemans peut aller se rhabiller. Pour votre gouverne, le texte initial, écrit en néerlandais, est de loin plus nuancé. Un énième problème de traduction, une fois de plus. Au mieux, l’unilingue francophone sera déçu du respect fait à sa langue. Au pire il éprouvera le sentiment d’être pris pour un imbécile.

Des passagers frustrés et fâchés

Arrivé sur place, la farce continue et la sauce finit par tourner au vinaigre. On nous remet un document nous faisant savoir qu’une hôtesse se rendra dans notre hôtel pour le « TUI Welcome », une sorte de session d’accueil où le TO est censé nous présenter les points d’intérêt de la région et nous vendre quelques produits maison.

Le jour dit (mentionné MORGEN dans le texte), une hôtesse se présente à la réunion. Nous lui faisons part de notre intérêt de participer à sa présentation. A notre grand étonnement, celle-ci nous dit que le meeting débute en néerlandais. Quand nous lui faisons part que nous n’avons aucun problème d’y assister, nous nous opposons à un refus catégorique: « La session en français aura lieu après » nous fait-on savoir.

« Je pas avoir le temps. Je être dans une autre place binnen 15 minutjes »

Nous attendons donc sagement dans un coin du lobby que Chelsy termine son travail. Le terminal bancaire marche du tonnerre  et son speech se termine. Quand le moment arrive enfin, la personne nous annonce la couleur tout de go: « Je pas avoir le temps. Je être dans une autre place binnen 15 minutjes ». Ouille-ouille. S’en suit un dépliage de carte, quelques croix placées à la va vite sur le nom des coins à visiter. Pour terminer, nous devons subir un déroulage de cartes plastifiées à la vitesse d’une formule 3000 sur le circuit de Zolder. Salut en de kost: Chelsy s’encourt en oubliant son « bankautomaat » sur place. C’est donc pantois Je-ne-parle-pas-françaisque nous l’interpellons en néerlandais pour lui faire connaître son oubli. Fin du premier épisode.

Plus aucune nouvelle de la jolie blonde jusqu’au moment du départ. Le car vient nous chercher et nous faisons le tour des hôtels pour ramasser les clients en partance. Au moment de quitter le véhicule, elle prend le micro pour l’organisation du départ.

Après de longues recommandations en néerlandais, Chelsy appuie sur le bouton Off de son porte voix. Des belges francophones l’interpellent pour avoir droit aux mêmes recommandations en français: fin de non recevoir. La Flamande fait mine d’ignorer les grognements qui émanent des deux étages.

Certaines personnes s’interpellent entre elles et se font part mutuellement de leur indignation. Les touristes n’ont pas encore quitté la Crète qu’ils sont déjà rattrapés par les problèmes communautaires. Fin du second épisode.

Notre commentaire :

Comme cela nous est régulièrement relaté au sein de la rédaction et ainsi que nous avons pu le constater et le démontrer, le groupe ostendais a un réel problème avec le français.Nous noterons cependant qu’au sein des avions, tant les pilotes que les hôtesses communiquent agréablement dans un français impeccable. Il fallait bien trouver quelque chose de positif à dire. Chez TUI, un euro francophone semble peser moins lourd que celui d’un Flamand.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

3 COMMENTS

  1. Je comprends parfaitement ta frustration, en lisant cet article, Florence, après autant d’années de zèle de ta part et de la part de ton équipe pour traduire, reviser et vérifier les textes français. Ne te casse pas trop la tête là-dessus. Ecrire un article pour dire que les textes francophones du « tour-opérateur ostendais » sont en générale ok, est loin d’être sexy pour cette site web.
    PS Pagtour: « Spreekt U Jetair? » s’écrit avec un « u » en minuscule, sauf si on s’adresse à Dieu…
    (Mes excuses pour d’éventuelles erreurs de grammaire ou d’ortographe. Cette réaction est ma réaction personnelle. Elle n’a pas été revisée par notre département de traduction…)

  2. à Monsieur Vanhaelemeersch: j’ai toujours appris à l’école que la lettre U (majuscule) en néerlandais est une forme de politesse. et votre Dieu n’a absolument rien à voir avec ca ! Ou suis je dans l’erreur ??

LEAVE A REPLY