South African Airways jette l’éponge

La compagnie nationale d’Afrique du Sud cesse de voler après 86 ans d’histoire. Le gouvernement a pris cette décision en lui refusant une énième contribution d’argent avec pour conséquence directe que tous les collaborateurs de l’entreprise seront licenciés à la fin du mois d’avril.

South African Airways perdait de l’argent depuis 2008

Tout le personnel est remercié, la compagnie ne volera plus jamais. Cette décision gouvernementale survient au plus fort de la crise du coronavirus mais la situation financière catastrophique de South African Airways est bien antérieure à l’apparition de la maladie.

La compagnie aérienne, née en 1934, est morte à l’âge de 86 ans des suites d’une mauvaise gestion, accélérée par la crise sanitaire actuelle qui a causé le plus grande perte économique de l’histoire de tout le secteur. Depuis 2008, elle n’a réalisé aucun bénéfice.

Les collaborateurs recevront un mois de salaire par année de présence, si les actifs de l’entreprise le permettent. Les actifs les plus précieux de la compagnie sont les droits de vol et les slots (créneaux horaires), notamment ceux de l’aéroport d’Heathrow et de New York.

Une valse de dirigeants

Après une valse de dirigeants, des comptes annuels non approuvés et une gestion impossible au quotidien, la compagnie, en 2019, avait changé sa forme juridique pour pouvoir fonctionner et réclamé de l’argent public pour éviter la faillite. Devant le refus général, les deux dirigeants actuels ont décidé de fermer la société.

Paradoxalement, le Parlement sud africain a salué cette fermeture, suite au refus du département des entreprises publiques de remettre de d’argent et a déclaré dans une note que « la South African Airways ne pouvait pas continuer à demander des renflouements au gouvernement tout en refusant de répondre aux contreparties financières requises« .

L’Afrique du Sud est désormais l’un des rares pays d’Afrique à ne pas avoir de compagnie nationale sur son sol.

 







Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY