Sécurité sanitaire en Allemagne

Nous deux, voyager masqués, la garantie de notre sécurité.

Les réactions entendues la semaine dernière sur les écrans télévisés suite à l’annonce des nouvelles consignes du Conseil de Sécurité Nationale m’amènent à partager ici notre toute récente expérience de la sécurité telle qu’elle est vécue en Allemagne du moins dans le Land de Thuringe.

Nous avons passé 6 nuits dans ce petit territoire situé au coeur du pays et découvert 4 hôtels. Dès l’entrée vous êtes avertis qu’il faut se présenter masqués pour toutes les formalités et pour tout déplacement intra-muros. Dans le premier hôtel, le petit déjeuner sous la forme d’un buffet était servi dans nos assiettes par un préposé au service afin que nous ne touchions pas les plats.

Par contre fruits, confitures et yaourts étaient offerts dans des verrines individuelles à choisir. Dans les 3 autres hôtels les buffets étaient disponibles pour chacun mais à condition d’avoir enfilé un gant offert à chaque table. La circulation se faisait donc à son rythme en étant toujours masqué bien sûr et ganté. La distanciation sociale était aisée car nous avions dû choisir au préalable le créneau horaire de notre petit déjeuner afin que la salle ne soit pas envahie.

Devant le Musée du Bauhaus à Weimar, Charles travaille masqué.

Au fil des restaurants, biergarten et musées, nous avons très vite appris à remplir une petite fiche individuelle avec nos noms et numéros de téléphone ou adresse électronique avec bien sûr mention de la date et de l’heure d’arrivée sur place.

Cette fiche se remplit d’emblée et est remise aux serveurs au moment de la prise de commande ou à la billetterie du musée en échange du ticket d’entrée. Rien de bien compliqué ni de bien lourd pour chacun. Les fiches sont conservées durant deux semaines avant d’être détruites. Dans tous ces lieux la règle est la même, on se déplace masqué vers sa table ou vers les toilettes et on se libère de son masque pour boire et manger bien sûr.

Dans les lieux publics, en général les Allemands se libèrent de leur masque et visiblement dans les parcs et les jardins la distanciation sociale est nettement moins observée, les groupes sont nombreux si le soleil est de la partie. Il semblerait qu’il n’y ait jamais eu de vrai lockdown ici et la bulle compte une dizaine de personnes qui peut être différente d’un jour à l’autre contrairement à chez nous en Belgique où elle ne peut être modifiée que d’une semaine à l’autre.

Soirée douce au bord de la Gera qui coule sous le pont des Epiciers, un des derniers ponts européens encore habité de belles maisons médiévales.

Nous avons choisi quant à nous de ne jamais quitter notre masque même en rue, car nous étions accompagnés de guides qui lâchaient le masque et finissaient par le garder à cause de notre persistance à ne pas quitter notre masque.

Nous avons aussi choisi de rester à distance des passants autant que possible et délibérément nous avons évité les situations qui rassemblaient du monde comme par exemple l’écoute d’un concert sur le parvis de la cathédrale de Erfurt.

Tout ceci pour vous dire qu’il est aisé, en Allemagne du moins, de se sentir en sécurité en adoptant les mesures déjà prévues sur place et en se disciplinant quelque peu soi-même. Un choix délibéré pour retrouver le plaisir de la découverte d’autres horizons.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY