Sans visa américain, British Airways refuse un violoncelle à bord

Les citoyens britanniques n’ont pas besoin de visa pour voyager vers les États -Unis comme de nombreux européens. Ils ont besoin d’un « ESTA » (Electronic System for Travel Authorization ).

C’est obligatoire pour voyager vers les Etats-Unis. Le Canada vient d’adopter un système identique. Et quand une compagnie demande un ESTA pour un instrument de musique, on croit rêver.

Il ne fallait pas donner un nom à l’instrument de musique

La musicienne avait réservé son propre siège et a réservé un siège pour son instrument de musique. C’est ce qui se passe habituellement. L’erreur a peut-être été de donner un nom au violoncelle « Chuck Cello ».

Comme la réservation du violoncelle comportait un nom, la compagnie aérienne se doit de demander un ESTA. La cliente a contacté la compagnie aérienne et l’agent de réservation lui a conseillé de se rendre directement au «check in» à l’aéroport.

Les agents de BA à l’aéroport n’ont pu régler le problème

Alors que la passagère s’est présentée 2h30 avant le décollage, les agents à l’aéroport n’ont pas fait le nécessaire à temps. Alors que le centre de réservation avait été prévenu au moins un mois avant, la compagnie avait le temps de régler le problème. Les agents de l’aéroport lui ont alors proposé de nouveaux billets pour 5000 dollars. Ce qu’elle a refusé bien sûr.

BA flickrBritish Airways se défend en mettant la faute sur le passager

Ce fut un événement très inhabituel qui a surgi après que le client ait réservé un siège pour son violoncelle avec un nom. C’est ce qui a déclenché l’exigence d’un ESTA du gouvernement américain. La compagnie anglaise offre aux musiciens un tarif réduit pour la réservation d’un siège pour un instrument de musique (mais sans nom spécifique).

Les agents de British Airways ont appliqué les règles avec une grande rigidité, sans chercher un moyen pour arranger la musicienne. La passagère n’a pu partir que le lendemain avec United Airlines et le violoncelle a voyagé en première classe.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY