Saint-Tropez et la bêtise politique

Faute de douaniers présents à l’aéroport de Saint Tropez, les avions privés provenant de pays en dehors de la Zone Schengen ne pourront plus atterrir. Mauvaise nouvelle car ces touristes Russes, Suisses ou encore Britanniques représentent près du 1/3 de la clientèle hôtelière internationale de la région Paca. Le Tourisme, une priorité nationale en France ? On rigole

Christian Estrosi, le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), a confirmé en fin de semaine dernière la fermeture des aéroports varois de la Môle-Saint-Tropez et du Castellet. Mais dans sa déclaration, il a demandé également au gouvernement de revenir sur cette décision qui a laissé KO les milieux touristiques de la Côte d’Azur. Pourquoi une telle mesure de la part d’un gouvernement dont le président a élevé le tourisme au rang de priorité nationale en juin 2014 lors des Assistes Nationales du Tourisme ?

Par souci d’économie, tout simplement. Le gouvernement a décidé de supprimer les postes-frontières des petits aéroports qui ne bénéficient déjà plus de douaniers à temps plein. Depuis fin septembre, 13 aéroports privés français se savaient menacés, dont les deux aéroports varois.

Le problème, c’est que ces deux plates-formes accueillent une clientèle VIP qui voyage en jet privé… et qui ne pourra plus atterrir ou décoller car domiciliée hors de l’espace Schengen. Déjà fortement touchée par l’attentat de Nice le 14 juillet dernier, la région Paca va perdre maintenant ses riches touristes et voyageurs d’affaires russes, suisses, bulgares ou encore britanniques… 

Le manque à gagner sera largement supérieur à l’économie réalisée

Dommage, car selon une étude interne, un passager étranger qui arrive à Saint-Tropez dépense quotidiennement environ 1.700 € sur place. Souvent en déplacement pour le business, sa durée moyenne de séjours et de cinq jours ce touriste se déplacent bien évidemment en taxi ou voiture avec chauffeur ou en voitures de luxe de location…

« 30 % du chiffre d’affaires annuel est assuré par la clientèle provenant de pays non-membres de l’espace Schengen », souligne l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie de la région Paca au journal Le Parisien. Bref, c’est un sacré coup dur que vient de faire le gouvernement à l‘économie locale… Une fois encore, c’est la preuve que le tourisme n’est absolument pas pris en compte dans les décisions budgétaires.

Sous prétexte d’économies, on supprime des postes de douaniers sur des aéroports qui comptent parfois jusqu’à 90 opérations par jour et qui drainent une clientèle VIP… C’est un calcul qui ne rime à rien… Car le manque à gagner que va engendrer la fermeture aux vols hors Schengen sera bien supérieur à l’économie réalisée… Ridicule et désespérant !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY