Sacrée pagaille dans le transport aérien en Europe…

Quand ces contrôleurs aériens font grève en France, il faut savoir que l’impact est Européen. Comme pour les pilotes d’Air France, ils ont l’art d’agacer les compagnies aériennes et leurs clients. Les passagers considèrent ces mouvements comme une prise d’otage et ils ont raison !

Pour les syndicats c’est « l’érosion des droits de l’homme »

Des centaines de vols ont été annulés partout en Europe à cause des contrôleurs aériens français qui ont rejoint une grève nationale des travailleurs du secteur public en France.

Les propos des représentants syndicaux paraissent invraisemblables comme ceux du syndicat USAC-CGT qui aurait déclaré que ses membres faisaient grève de lundi soir à mercredi matin « pour la défense du service public », en ajoutant: « Nous devons résister à l’érosion des droits de l’homme ». Ce n’est vraiment pas sérieux.

Les compagnies aériennes ont dû annuler de nombreux vols

L’aéroport de Bruxelles aura connu quelques retards. Par contre au départ de Charleroi, nous avons observé l’annulation de plusieurs vols dont ceux de Ryanair. Ces vols perturbés sont à destination de la France ou traversent la France.

British Airways a annulé au moins 36 vols mardi, reliant Londres à la France, l’Espagne, la Suisse et l’Italie. Bref, ce sont toutes les compagnies qui survolent le territoire français qui sont touchées.

Les passagers auront droit à peu de chose

En cas de perturbation de vol, les passagers aériens ne peuvent malheureusement pas prétendre à une indemnité car une grève extérieure à la compagnie aérienne n’est pas de la responsabilité de cette dernière.

Le règlement européen encadrant les droits des passagers aériens prévoit en effet des «circonstances extraordinaires» qui exonèrent les compagnies du versement d’une indemnité.

La grève des aiguilleurs du ciel en fait partie. En revanche, circonstance extraordinaire ou non, la compagnie a une obligation de prise en charge de ses passagers si leur attente à l’aéroport dépasse 2 heures sur les vols court-courriers, 3 heures sur les moyen-courriers et 4 heures sur les long-courriers (plus de 3500 km).

La Commission Européenne devrait agir

« De toutes les propositions de la Commission européenne pour améliorer la réglementation du transport aérien, celles relatives aux grèves du contrôle aérien sont probablement les plus attendues par les compagnies aériennes. Depuis des mois, l’association des compagnies aériennes « Airlines for Europe » (A4E), dont fait partie Air France-KLM, a multiplié les interventions pour dénoncer, chiffres à l’appui, le coût des grèves du contrôle aérien, estimé à 12 milliards d’euros de 2010 à 2016. Un message apparemment reçu cinq sur cinq à Bruxelles puisque les cinq mesures proposées visent clairement à limiter le droit de grève des contrôleurs aériens européens et notamment français, à l’origine de plus de la moitié des mouvements de grève en Europe. »

Sinon pour les cheminots cela déraille

Mercredi et jeudi, les cheminots français poursuivront leur série de grèves de deux jours dans un conflit sur les plans de modernisation et l’ouverture des chemins de fer nationaux à la concurrence.

Nous ne sommes pas sortis de l’auberge !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY