SABENA, le retour!

« Quelle place pour Brussels Airlines si Lufthansa est nationalisée ? » se demandait l’autre jour notre confrère L’Echo. La réponse est tombée hier soir : la compagnie belge sera nationalisée aussi !

On savait que son avenir au sein du groupe Lufthansa n’était déjà pas écrit avant la crise du coronavirus. L’arrêt de presque toutes les activités du groupe allemand, comme dans la plupart des grandes compagnies, pose aujourd’hui la question de l’existence de Brussels Airlines après la crise. Mais auparavant, le groupe LH devra s’assurer de sa propre survie.

Taille critique

Il faudra en effet une taille critique pour surmonter la crise que vit actuellement le secteur aérien, dont les pertes seraient actuellement de l’ordre de 250 milliards de dollars… Une taille critique et… des réserves de trésorerie. L’expert français Jean-Louis Baroux estime d’ailleurs que seuls les grands groupes aériens comme IAG, Lufthansa et le couple Air France-KLM sont armés pour faire face à l’après-coronavirus. Et encore sera-ce le plus souvent au prix de nationalisations. Quant aux « petites » compagnies, elles seraient inévitablement condamnées.

Inévitable

En Belgique, où la règle semble avoir toujours été que personne ne veuille la faillite, de la Sabena d’abord, de Brussels Airlines ensuite, toutes sortes de montages financiers plus ou moins solides ont été mis en place successivement pour l’éviter.

Cette fois, il semble bien qu’il n’y aura plus de solution capitalistique traditionnelle et que, si le pays veut à tout prix conserver une compagnie « nationale », il faudra passer par la case « nationalisation », désormais inévitable. C’est le choix qu’a fait le gouvernement — pourtant toujours en affaires courantes ! — de Sophie Wilmès, dans la foulée des mesures d’aide de l’Etat suite à la crise sanitaire.

Clin d’œil

Concrètement, la nouvelle compagnie serait re-baptisée SABENA, mais avec une autre version de l’acronyme (signifiant à l’origine, pour rappel : Société Anonyme Belge pour l’Exploitation de la Navigation Aérienne). L’appellation officielle serait, selon nos informations, Search for A Better Experience in New Airline, toujours en anglais pour échapper à toute susceptibilité linguistique… et clin d’œil à une ancienne version satirique.

Il est prévu que Sabena limite son réseau à l’espace européen. Les lignes à destination du continent américain seront supprimées pour être définitivement exploitées par Lufthansa, dont certains avions feront un stop over à Bruxelles. Surtout, le réseau africain, qui faisait jusqu’ici la force de la compagnie belge, sera vendu au plus offrant…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY