Michael O’Leary disait qu’il préférait se couper la main plutôt que de reconnaître les syndicats. Il ne va sûrement pas tenir sa promesse mais il risque désormais de se ronger les ongles car les investisseurs sont les plus inquiets.

Ryanair a fait un premier pas

Ryanair a envoyé une lettre aux syndicats en Irlande, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Portugal vendredi pour ouvrir des discussions afin d’officialiser la reconnaissance des syndicats.

Dans le même temps la compagnie irlandaise demandait la confirmation que l’action syndicale prévue devait s’arrêter. Cette mesure intervient après que des pilotes de Ryanair dans plusieurs pays ont menacé de faire grève à l’approche de Noël.

Une première en 32 ans d’histoire

Ryanair a déclaré qu’elle reconnaîtrait les syndicats pour la première fois car elle fait également face à des défis en Allemagne, au Portugal, en Grande-Bretagne et en Italie.

Le directeur des opérations de la société, Peter Bellew, a déclaré : « Continuons à parler. Ramenons tranquillement les gens à la maison pour Noël. Des réunions syndicales sont prévues la semaine prochaine et en janvier ». C’est la première fois que le patron de Ryanair, Michael O’Leary, a lancé une telle invitation aux dirigeants syndicaux au cours des 32 années d’existence de Ryanair.

Plusieurs syndicats en Europe suspendent leur grève

Cette décision a convaincu le plus grand syndicat pilote italien de suspendre une grève de quatre heures prévue vendredi après-midi, mais il était difficile de savoir si d’autres syndicats annuleraient les grèves prévues pour la semaine prochaine au Portugal. Les pilotes basés en Irlande ont également suspendu une grève d’une journée avant Noël, selon le syndicat Impact.

Les investisseurs sont les plus inquiets

Avec son offre, Michael O’Leary renverse une politique au cœur du modèle « ultra low-cost » qu’il a développé. La petite compagnie aérienne irlandaise régionale d’hier est devenue aujourd’hui la plus grande compagnie low-cost en nombre de passagers. « Reconnaître les syndicats sera un changement important pour Ryanair, mais nous avons déjà apporté des changements radicaux », a déclaré O’Leary dans un communiqué.

La direction a assuré aux investisseurs qu’il n’y aurait pas de changement majeur dans le modèle d’affaires de Ryanair basé sur le remplissage des sièges, quel que soit le prix du billet et qu’il pourrait être plus facile d’attirer des pilotes une fois les syndicats reconnus.

Mais les analystes financiers ont déclaré que cette décision introduisait une incertitude importante en termes de coûts de personnel et d’éventuelles perturbations. Le cours de l’action à la baisse avait inquiété les investisseurs.

Wait and see …

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY