Ras-le-bol des pessimistes terroristes anti-tourisme !

« Trop is te veel », dit-on en Belgique. Après le flyshame, le cruiseshame, le carshame aussi, car pas un jour ne passe sans que l’on pénalise, sanctionne, accuse le secteur automobile de tous les maux possibles et imaginables. À cela s’ajoute le coronavirus qui a et va encore avoir des répercussions économiques négatives sur le secteur touristique dans son ensemble.

Comme si tout cela n’était pas encore suffisant, un journaliste français de… 33 ans, Martin Weill, en rajoute encore une couche. Peut-être une de trop. Facile quand on a fait et fait encore le tour du monde subsidié par son employeur ou sponsor, de semer le doute quant au futur du tourisme.

Je respecte la liberté de la presse…

Mais celle-ci doit aussi analyser les possibles retombés négatives que certains titres peuvent provoquer. Il résume son argumentation comme suit : 95% de touristes se rendent sur 5% de la planète. En 2019, nous étions 1 milliard 500.000 touristes. Tout le monde partage l’envie de voyager, mais nous menaçons l’environnement, le patrimoine et le bien-être animal.

Et le décor est planté pour, au travers d’émissions, enquêter sur les conséquences du tourisme de masse. Avec des sujets connus, déjà dénoncés, déjà améliorés ou interdits aussi, on l’oublie souvent. Mais rien n’y fait !

Une certaine presse joue sur le titre, et veut le lectorat quel qu’en soit le prix: Faut-il interdire le Tourisme ? Déjà que nous expérimentons une période de vie où les interdits fleurissent, et j’aime à répéter que nous vivons, inconsciemment, dans une démocratie « communiste ».

Ceci dit, la question posée par ce journaliste laisse pantois

Je suis d’accord qu’à 33 ans, on peut encore avoir du persil dans les oreilles, mais de là à écrire une telle bêtise, il faut une levée de boucliers. Déjà que nous subissons les manifestations diverses, avec respect, du type pour le climat, pour les animaux, type anti-voitures, les « shame » à la mode, et j’en passe.

Nous n’allons pas détailler les retombées financières positives qu’apportent le Tourisme dans et pour les différents pays. Je ne pointerai qu’un seul chiffre : 260 millions de personnes travaillent dans et pour l’industrie touristique dans le monde.

À ce jeune français, je ne puis que rappeler les 3 devises de son pays : Liberté, Égalité, Fraternité.

Et avant d’écrire à nouveau la phrase : « Faut-il interdire....? »….. il y réfléchira à 2, 3 ou même 6 fois. Non mais…..!!

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Quand un bébé commence à marcher à quatre pattes, il a envie de découvrir son monde et même celui qui est derrière la porte entre-baillée. Permettez-moi de comparer cela à du tourisme. C’est dans la nature de l’homme. Ceux qui préconisent de rester dans leur tour d’ivoire perdront toute ouverture et toute approche de « l’autre ». Car sans apport extérieur, ils seront inutiles pour la société.

LEAVE A REPLY