Rapport international 2021 sur le tourisme de neige et de montagne

Le rapport international 2021 sur le tourisme de neige et de montagne vient d’être dévoilé lors d’une conférence de presse en ligne qui s’est tenue le 13 avril 2021, en partenariat avec les organisateurs du salon international Mountain Planet. Cette 13e édition du rapport présente l’hiver 2019/20, une saison qui a été brutalement interrompue par l’épidémie de covid-19 dans le monde entier. Cela se reflète bien sûr dans les chiffres.

Une saison 2019/20 au plus bas

Après que la saison de ski 2018/19 se soit distinguée comme la meilleure du millénaire, la propagation rapide de la COVID 19 a malheureusement fait de la saison 2019/20 la pire du millénaire, à ce jour.

L’apparition brutale du virus a d’abord placé la Chine, pays le plus peuplé de la planète dans un confinement sévère, entraînant la fermeture de toutes ses stations de ski début février 2020. Aussi incroyable qu’il en soit, en un mois, ce virus s’est répandu dans le monde entier et a abouti à un confinement généralisé. Ainsi, la plupart des stations de ski du globe ont dû fermer à la mi-mars 2020.

Le niveau et la durée du confinement ont varié d’un pays à l’autre. Le Japon, l’Islande et partiellement la Suède ont été les seuls pays où l’on pouvait encore pratiquer le ski de piste pendant la pandémie.

Les gouvernements de ces pays n’ont pas jugé nécessaire de fermer les stations de ski. Finalement, certains domaines skiables chinois ont réussi à rouvrir fin mars 2020 grâce à un contrôle strict de la pandémie.

La saison dans l’hémisphère sud a également été diversement affectée, avec quelques retards d’ouverture et des fermetures. La saison 2020 a commencé au Lesotho début juin. La saison néo-zélandaise a commencé quelques semaines plus tard, légèrement retardée, mais avec peu de restrictions.

L’Australie a également connu une saison de ski de juin à octobre, mais seulement dans certaines régions. En Amérique du Sud, des restrictions strictes étaient en place pendant une grande partie de l’hiver, mais une poignée de stations ont réussi à ouvrir avec un accès très limité, de la mi-août à, dans la plupart des cas, la mi-septembre, voire la mi-octobre. Le seul domaine skiable d’Afrique du Sud n’a pas pu ouvrir en 2020 en raison des restrictions liées à la pandémie dans le pays.

L’impact mondial de l’épidémie de covid-19 sur la fréquentation de la saison hivernale 2019/20 s’est traduit par une diminution de 18% des journées-skieurs mondiales. L’impact le plus important a été observé dans la région Asie & Pacifique, où la baisse a atteint 31%.

Dans toutes les autres régions de la planète, l’impact a été d’environ 15%. Cela peut facilement s’expliquer par le fait que la pandémie a touché les pays asiatiques pour la première fois en janvier / février 2020, avant de se propager dans les autres régions en mars 2020. Ensuite, le schéma de clôture a été assez similaire d’un pays à l’autre.

Malgré ce sombre arrière-plan, quelques points positifs méritent cependant d’être signalés pour l’hiver 2019/20.

La saison a très bien commencé dans la plupart des stations des Alpes et les chiffres intermédiaires étaient au plus haut. Cette situation est très particulière, car l’hiver 2019/20 a été considéré comme le plus chaud depuis les relevés de température systématiques lancés par meteo Suisse, par exemple. Malgré cela, la fréquentation était nettement supérieure à la moyenne des années précédentes jusqu’à la fin du mois de février. La fréquentation durant la première partie de la saison a également été excellente dans d’autres régions du monde, comme au Québec.

La diffusion des abonnements de saison multi-stations et l’adoption plus large de la tarification

dynamique ont continué à façonner une certaine transformation du modèle d’affaires traditionnel

de vente des billets et à accroître la fiabilité de la base de revenus.

Malgré la fermeture générale qui s’est produite dans la plupart des stations au cours du mois de mars 2020 en raison de l’épidémie de coronavirus, un regain d’intérêt pour l’apprentissage du ski a été observé à plusieurs endroits. Les bas de pistes vides, entourés de remontées mécaniques fermées, se sont transformés en zone d’apprentissage pour les débutants. Beaucoup ont fait une première tentative ou un nouvel essai, même en l’absence de toute installation de remontée mécanique en fonction.

Bien que la compétition-test n’ait pas pu avoir lieu en février 2020, le site olympique de ski alpin a été achevé à Yanqing, en Chine. La perspective des Jeux olympiques d’hiver de 2022 annonce, espérons-le, des années plus brillantes pour l’industrie du ski.

Actuellement, tout le monde sait déjà que l’hiver 2020/21 sera encore pire dans de nombreux pays

Cependant, les stations de ski restent déterminées à offrir des expériences extraordinaires aux skieurs et redoubleront d’efforts au cours des prochaines années.

Couverture : Il existe actuellement 68 pays dans le monde qui offrent des domaines skiables de plein air équipés et enneigés. Même si les champs de neige sont beaucoup plus nombreux, environ 2.000 stations de ski ont été identifiées dans le monde.

Outre les principales destinations de ski en termes de journées-skieurs, il existe un certain nombre d’autres destinations plus petites, où le ski existe de longue date ou est en train de se développer. Les destinations émergentes les plus évidentes sont l’Europe de l’Est et la Chine, mais il existe un certain nombre d’autres petits acteurs répartis dans le monde : Chypre, Grèce, Inde, Iran, Israël, Liban, Lesotho, Maroc, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Afrique du Sud, La Turquie et bien d’autres.

L’accès au rapport complet est actuellement limité aux contributeurs et aux participants à la campagne de financement participatif.

Les principaux chiffres en ont été présentés durant la conférence de presse, qui peut être visionnée sur le site de Mountain Planet 2022: www.mountain-planet.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY