Qui va racheter SriLankan Airlines?

Les compagnies aériennes sont d’une importance capitale pour certaines destinations qui souhaitent développer leur tourisme. Le Sri Lanka fait partie de ces destinations qui ont un besoin crucial de devises provenant du tourisme. Cependant, la compagnie nationale est mal en point et recherche de façon urgente son sauveur.

Le Sri Lanka mériterait plus de liaisons aériennes

Alors que certaines destinations ne plaignent du trop-plein de touristes (surtout en été), le Sri Lanka (ex Ceylan) souhaiterait accroître les liaisons aériennes qui sont aujourd’hui majoritairement entre les mains d’Emirates et de Qatar Airways.

Il faut signaler qu’Emirates vient de supprimer sa liaison entre Colombo et Singapour pour des raisons économiques. La compagnie ne garde que son Dubaï – Colombo ou Dubaï – Singapour.

Emirates avait une participation

Emirates détenait 44% de SriLankan Airlines jusqu’en 2010. Durant cette période, SriLankan Airlines était bénéficiaire. Mais en 2010, le gouvernement sri-lankais décida de racheter la participation d’Emirates. Ce rachat avait fait suite à un incident mineur.

En effet, un membre du gouvernement de l’époque avait décidé au dernier moment de réserver des sièges sur Emirates. L’avion était complet. Emirates avait dû refuser la demande, ce qui entraîna l’expulsion du responsable local d’Emirates. La compagnie de Dubaï n’avait pas d’autres choix. C’est après le départ d’Emirates que SriLankan commença à perdre de l’argent.

Un gaspillage incroyable après 2010

Le gouvernement de l’époque introduisit des membres de leurs familles pour diriger la compagnie aérienne. Ce fut un désastre. La dernière erreur fut d’acheter des Airbus dont la compagnie sri-lankaise n’avait aucun besoin.

Il s’agissait en fait d’une opération destinée à enrichir le chef de l’état. Malgré, une enquête décidée par le nouveau gouvernement, il n’y eu aucune sanction.

Le Sri Lanka relance la privatisation

Le Sri Lanka a relancé le processus de privatisation du transporteur public avec une dette d’au moins 1 milliard de dollars. La « due diligence » effectuée par TPG capital, l’unique soumissionnaire, conduira ce fonds à renoncer au rachat. Le ministère des Finances doit à nouveau rechercher des candidats pour SriLankan Airlines d’ ici septembre ou octobre, selon un conseiller du ministère.

Le ministère serait optimiste quant à trouver une solution. Le pays a déjà vendu le port en eau profonde d’Hambantota aux chinois.

De son côté, l’aéroport international Mattala Rajapaksa (situé dans le sud de l’île) totalement inutile a été cédé à l’Inde.

Bien que très endetté auprès de la Chine, SriLankan Airlines pourrait trouver son salut soit avec une compagnie aérienne chinoise, soit avec l’Inde dont le marché aérien détient aujourd’hui la croissance la plus rapide au monde.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY