Qui sera au capital d’ Alitalia … Delta Air Lines ou Lufthansa ?

La compagnie italienne nous réservera toujours des surprises. On ne compte plus le nombre de sauvetages. La date butoir était le 15 Octobre mais on peut encore attendre quelques jours pour connaître le contenu de la pochette surprise.

Des conditions posées par Atlantia, un des futurs actionnaires

Il y a d’abord Atlantia, une société contrôlée par la famille Benetton, et qui a en charge la plupart des autoroutes italiennes. Cependant, après l’effondrement du pont à Gênes, les accords sont remis en question.

Quand on demande à la ministre des transports si la participation d’Atlantia au sauvetage d’Alitalia aurait des conséquences sur les concessions autoroutières, elle déclare « les deux choses ont été, sont et seront séparées ». On a le droit de douter !

L’autre actionnaire veut l’assurance d’avoir un opérateur aérien

La société des chemins de fer italiens (Ferrovie dello Stato), comme Atlantia, s’est engagée « sous certaines conditions » à se porter au secours d’Alitalia. Ces deux entreprises veulent la participation d’une grande compagnie aérienne au capital.

Jusqu’à ces derniers jours, Delta Airlines était sur les rangs

Ferrovie dello Stato, chargé de constituer le consortium, négociait jusqu’à présent avec la compagnie américaine Delta Airlines, qui a accepté d’augmenter sa participation dans Alitalia.

Lufthansa revient sur le dossier

Selon plusieurs sources, Lufthansa aurait manifesté son intérêt non seulement pour un partenariat commercial, mais aussi pour une prise de participation dans Alitalia, membre de l’alliance SkyTeam.

Une implication de la compagnie allemande fermerait de facto la porte à Delta. Une sortie d’Alitalia de Skyteam pour rejoindre Star Alliance impliquerait des coûts d’environ 80 millions d’euros.

S’agit-il de mettre la pression sur Delta Air Lines et la forcer à prendre une participation plus importante dans Alitalia ? C’est possible.

On en saura davantage dans quelques semaines.

Serge Fabre

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY