Qui a honte en Hongrie ?

Une localité hongroise a mis en place une zone qualifiée de « sans LGBT » après une polémique sur un conte de fée. Le vice-premier ministre Viktor Orban s’en est également pris aux droits des personnes trans en déposant un texte pour que le « sexe à la naissance » figure sur les documents officiels. Le gouvernement veut également interdire l’adoption par des couples homoparentaux.

Pendant ce temps, un proche de Viktor Orban …

25 hommes ont été interpellés et verbalisés par la police vendredi, dans le centre de Bruxelles. Ces hommes étaient en pleine partouze. En plein confinement, ils ont évidemment tous été verbalisés.

Et parmi eux, on comptait plusieurs diplomates et un député européen. L’eurodéputé hongrois … serait membre du Fidesz, et un proche de Viktor Orban.

Tentative de fuite

Le député européen hongrois a d’abord tenté de s’enfuir par la gouttière avant d’opposer son immunité parlementaire. Le ministère belge des Affaires étrangères aurait même dû intervenir. De l’alcool et des stupéfiants ont été retrouvés mais le parquet n’a pas cru bon d’ouvrir une enquête.

Le député hongrois était contre les droits LGBT

Le parlementaire hongrois a démissionné en fin de semaine dernière. Sa démission est effective au 30 novembre. Dans un communiqué, il admet lui-même sa présence à la partouze. « Je suis désolé d’avoir violé les règles du pays. C’était irresponsable de ma part. Je n’ai pas consommé de drogue », indique-t-il.

Il reste que politiquement, cet homme est membre depuis 30 ans du Fidesz, le parti de Viktor Orban.

Ce parti remet ouvertement en cause les droits des personnes LGBT+. « Ma démission n’a rien à voir avec l’actuel débat politique animé au niveau européen. Dans ce débat, j’approuve et soutiens complètement la position du gouvernement hongrois », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse cité par Euronews.

József Szájer (photo de Une) est qualifié par l’EU Observer de proche conseiller de Viktor Orbán. Il est utile de préciser également que József Szájer est l’un des trois auteurs du changement constitutionnel de 2012, selon Euractiv.

L’article M de cette révision constitutionnelle prévoit que « la Hongrie protège l’institution du mariage qui est l’union d’un homme et d’une femme ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY