Quand vous n’êtes pas autour de la table de négociation, c’est que vous faites partie du menu…

Il semble que cela frétille du côté du gouvernement fédéral. Bientôt, on aura sans doute la chance d’en avoir enfin un ! Mais les mêmes citoyens, qui rêvent d’un gouvernement, seront-ils contents de voir son programme couché sur papier ?

Il est vrai qu’à force d’attendre ce gouvernement, certaines personnes ont oublié que si sa constitution est aussi difficile, ce n’est pas uniquement à cause du clivage nord-sud du pays, c’est aussi, et j’ai envie de dire surtout, à cause d’un clivage gauche-droite.

Vous me direz que le sud du pays a voté majoritairement à gauche, et nos compatriotes flamands plutôt à droite. Oui et non… Le Belang, au nord du pays, qui ne fait pas partie des 7 partis de la coalition Vivaldi, a un programme économique de gauche en réalité.

C’est ce qui explique son score élevé au nord du pays : son programme politique est clairement nationaliste et très hostile aux immigrés et autres réfugiés mais en revanche, sur le plan économique, il serait plus proche des partis de gauche. C’est la même recette que celle utilisée par Marine Le Pen : on ratisse du côté des racistes mais on rassure aussi les personnes qui souffrent de la mondialisation en leur offrant des avantages sociaux non négligeables. Bref, on essaie de gagner sur les deux fronts !

Ce clivage gauche-droite se voit aussi dans les discussions actuelles au sein même de la coalition Vivaldi. Les libéraux disent qu’ils ont obtenu la garantie qu’on ne lèvera pas de nouveaux impôts, et du côté socialiste, on dit au même moment que les « épaules les plus larges » doivent contribuer davantage, ce qui revient à dire qu’il y aura taxation des personnes les plus riches.

Même discussion sur les voitures de sociétés, les verts rêvent de leur disparition en 2024 si possible, et les libéraux expliquent que les voitures de sociétés ne représentent que 10% du parc des voitures en circulation en Belgique. Et qu’en plus, ce sont souvent les voitures les plus modernes et donc les moins polluantes, et avec le télétravail leur émission en CO2 va automatiquement diminuer.

Dans cette coalition VIVALDI, chaque parti autour de la table voudra revenir avec un trophée pour le montrer à sa base électorale… C’est l’inconvénient de ce pays, comme on gouverne en coalition, c’est le règne du plus petit commun dénominateur.

En ce qui me concerne, tout cela me fait penser à un proverbe américain : quand vous n’êtes pas autour de la table de négociation, c’est que vous faites partie du menu. Et ceux et celles qui ne sont pas autour de la table de négociation, c’est vous et moi…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY