Quand une chef de cabine d’Air India retarde un vol …

Un incident a eu lieu la semaine dernière, lors du départ du vol Air India vers Newark. Les hôtesses doivent suivre un règlement très strict dans tous les domaines. Dans ce cas, la chef de cabine n’est pas arrivée en retard mais ….

Le commandant a fait débarquer la chef de cabine

Le vol AI 191 qui devait partir de Bombay (Mumbai) vers New York à 1h30 du matin est parti avec près de deux heures de retard. Tout l’équipage était présent et à l’heure. On a vu dans le passé des équipages arriver en retard. Mais cette fois, tout était en ordre. Qu’est-il arrivé ? Il faut un peu de suspens dans cette affaire …

Le commandant de bord a pris une décision irrévocable

Il est normal de trouver l’ensemble des membres d’équipage de se retrouver dans un uniforme prescrit par la compagnie aérienne. Cependant, la chef de cabine qui devait servir en première classe avait un uniforme froissé. Que c’était-il passé, nous n’en saurons pas plus. Le commandant de bord a été informé du problème et a décidé de débarquer l’hôtesse. Il a fallu attendre une remplaçante.

L’hôtesse n’était pas une débutante

Elle travaillait dans la compagnie aérienne depuis plus de 20 ans. Un porte-parole d’Air India a confirmé l’incident en indiquant que « l’indiscipline des employés, sous quelque forme que ce soit, ne peut être tolérée ». Toutes les compagnies aériennes ont des règles de conduite, ajoute le porte-parole, ajoutant que le commandant du vol peut prendre des mesures contre un employé de bord.

air-hostess-flikrL’hôtesse de l’air n’est pas une potiche !

« Tirée à quatre épingles, souriante, avenante… Elle est avant tout la garante de la sécurité à bord de l’avion avant et pendant le vol. Elle doit savoir résister au stress, aux décalages horaires, s’occuper des passagers. Toujours entre deux vols, il n’est pas aisé pour elle de concilier vie familiale et professionnelle. »

Une étude a révélé un risque accru de suicide

« Une étude avait été réalisée sur près de 2000 hôtesses de l’air de la compagnie Alitalia. Cette étude a révélé un risque accru de suicide chez cette catégorie de personnel de bord. Chacune a rempli un questionnaire portant sur différents points dont la satisfaction au travail, le harcèlement sexuel sur le lieu de travail (par un supérieur, un collègue ou un passager). Il leur avait été également demandé d’indiquer leur état civil et la façon dont elles perçoivent leur état de santé. ».

Les hôtesses de l’air ont rapporté une détresse psychologique, source de stress et de dépression, que les scientifiques ont estimée trois fois plus grande que celle de leurs collègues masculins. La prochaine fois qu’on prendra un vol, on n’oubliera pas d’être souriant et sympathique avec ces hôtesses dont le métier n’est plus un rêve.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY