Quand Nicolas de Staël fait claquer les couleurs de « sa » Provence

Si, cet été, vous prenez la direction du Midi, n’hésitez pas à faire un détour par Aix-en-Provence pour visiter une exposition exceptionnelle consacrée au peintre Nicolas de Staël (1914-1955).

L’occasion d’abord de découvrir un superbe lieu d’exposition, l’Hôtel de Caumont ayant été magnifiquement restauré voici trois ans pour devenir un centre d’art et de culture. On doit cette magnifique reconversion à la Fondation Culturespaces, que contrôle majoritairement le puissant groupe énergétique Engie, dont la vocation est de gérer, en direct ou pour compte de tiers, des espaces culturels (une dizaine aujourd’hui) , essentiellement à Paris et dans le Sud de la France.

Une septantaine de tableaux et 26 dessins, en provenance de prestigieuses collections internationales publiques et privées, donne l’ampleur de l’œuvre provençale de de Staël qui ne séjourna pourtant en Provence qu’entre juillet 1953 et juin 1954. Des tableaux qui magnifient les lumières du Midi mais surtout l’imaginaire et le rythme époustouflant de cette production artistique.

En 1953, le peintre voyage plusieurs mois en Sicile et y puise de nouvelles inspirations au départ notamment des sites archéologiques, écrasés de soleil, d’Agrigente ou des musées de Syracuse. Au terme de ce séjour provençal, Nicolas de Staël estime avoir la certitude qu’il a donné , dans cette expression artistique, le maximum de sa force. Il se suicidera peu après.

A Aix, le visiteur découvre donc, dans une scénographie épurée qui valorise au maximum les œuvres de de Staël, les plus hautes envolées picturales de cet artiste , la précision d’un regard dans son expression la plus inventive.

A la faveur de cette exposition en pays aixois, le visiteur belge découvrira que Nicolas Vladimirovitch de Staël von Holstein, né à Saint-Pétersbourg en 1914, a fui avec ses parents la révolution de 1917 pour être accueilli, cinq ans plus tard devenu orphelin, dans une famille d’origine russe installée en Belgique.

Après des études secondaires à Braine-l’Alleud, Nicolas de Staël fréquenta l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles puis de Bruxelles. En 1936 fut organisé sa première exposition à la galerie bruxelloise Dietrich.

Jusqu’au 23 septembre prochain

Hôtel de Caumont-Centre d’Art dans le centre d’Aix (quartier Mazarin).

www.caumont-centredart.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY