Quand les TO et les croisiéristes remettent en question les accords commerciaux…

Nous évoquions cette question lors du changement opéré par le Club Med dans le choix des agences agrées. Il est devenu clair que les croisiéristes et les TO vont profiter de la crise actuelle pour modifier leurs accords commerciaux. Si le petit distributeur va difficilement pouvoir se défendre ; nous allons observer comment les réseaux vont réagir.

MSC Croisières remet en question les accords

Patrick Pourbaix a déjà annoncé le début des hostilités avec la distribution. Y-aura-t-il des exceptions ? Cela va dépendre de la force commerciale du distributeur. Quand un représentant comme celui de MSC commerce sur plusieurs marchés, il constate aisément la différence.

La question du règlement avant le départ est une règle établie depuis longtemps chez nos voisins. Les distributeurs peuvent tout de même arguer sur les différences nationales. Les français voyagent moins à l’extérieur du territoire que les belges, les allemands ou les hollandais.

Aligner la France sur les pratiques des voisins européens

MSC Croisières va demander désormais un payement 30 jours avant le départ. La compagnie de croisières n’est pas la seule à aller dans ce sens. D’autres compagnies comme Costa vont exiger un payement avant le départ. Par ailleurs, elles vont souhaiter sélectionner les agences qui vendent le mieux la croisière.

Les voyagistes et les croisiéristes vont partir en croisade

Il est vrai que les voyagistes qui s’engagent sur du transport et sur de l’hébergement prennent des risques financiers. Il en est de même avec les compagnies de croisières. Tous ces acteurs ne veulent plus être les banquiers de la distribution. Il est clair que les payements avant le départ vont s’intensifier.

MSC comme d’autres veulent bien rémunérer mais…

Si les questions de rémunération ne posent pas de gros problèmes ; la question du règlement après le départ est remise en question. La période est propice. Les distributeurs vont être en position difficile pour refuser les nouvelles conditions commerciales. En fait, c’est un sujet que nous abordons depuis de nombreuses années dans la profession.

La bataille est engagée. Si les TO et voyagistes sont solidaires, qu’en est-il de la distribution ?

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY