Premières charrettes chez Ryanair !

© Ryanair

Avec moins d’un pour-cent d’opérations durant les mois d’avril et de mai, et des prévisions identiques pour juin, la compagnie low-cost qui ne s’attend qu’à fonctionner qu’à 40% de ses capacités habituelles en juillet doit prendre des décisions économiques. Vendredi dernier, le transporteur a annoncé une réduction du personnel à quatre de ses bases: Dublin, Londres-Stansted, Madrid et Wroclaw.

Au total, plus de 250 postes sont touchés et cette première coupe interviendra au travers de la résiliation de postes à l’essai ou à durée déterminée, des démissions et des licenciements.

Les employés concernés ne reprendront pas le travail le 1er juin prochain, lorsque les bureaux de la compagnie rouvriront leurs portes. Une décision motivée par l’important recul du trafic du Groupe Ryanair Airlines cette année.

Les prévisions pour cette année tablent désormais sur un peu moins de 100 millions de passagers transportés, soit un recul de 35% par rapport à la cible de plus de 155 millions d’ici à fin mars 2021.

Darrell Hughes, directeur du personnel, indique que les personnes concernées ont été informées la semaine dernière. « Nous continuons à rencontrer les syndicats de pilotes et de personnel de cabine dans toute l’Europe pour finaliser jusqu’à 3 000 suppressions d’emplois et une réductions de salaires de 20%, alors que nous revenons à environ 40% de nos horaires de vol normaux à partir de juillet.»

Ryanair se dit également confrontée à une concurrence intense sur les prix dans toute l’Europe, la compagnie se disant contrainte de rivaliser avec les compagnies aériennes nationales qui ont reçu plus de 30 milliards d’euros de subventions « illégales » de leurs gouvernements, et qui pourront ainsi se livrer à des ventes à bas prix pendant de nombreuses années.

De nouvelles annonces de suppression d’emplois et de réduction de salaire sont attendues avant la fin du mois de mai.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

LEAVE A REPLY