La compagnie Air New Zealand, habituée des actions marketing spectaculaires, vient de lancer un nouveau service pour faire parler d’elle (c’est gagné !) : une carte interactive de la Nouvelle-Zélande qui permet de trouver sa destination idéale grâce à… des emojis*.

Nul besoin de rentrer des mots-clés : il suffit de choisir parmi les symboles proposés (pizza, vélo, selfie, lune, vin…) pour que la carte se mette à jour en fonction des préférences et que les utilisateurs puissent se renseigner sur les activités proposées, que ce soit le ski à Ruapehu, le rafting à Rotorua, l’observation des baleines à Kaikoura, l’emblématique Centre Len Lye à New Plymouth ou encore les bonnes adresses culinaires. L’outil #EmojiJourney sera lancé progressivement en anglais, japonais, allemand et chinois.

Déjà B.A.

British Airways avait déjà mis en place il y a peu un chatbot — un agent conversationnel —intégré à une messagerie instantanée, suggérant d’utiliser des emojis. Le principe est simple : il suffit de répondre aux questions posées par le bot en choisissant parmi les emojis proposés. Au bout de quelques questions, le bot propose une destination et renvoie l’utilisateur sur la page descriptive de la destination, sur le site de British Airways. Mais il ne s’agit que d’une opération marketing limitée dans le temps, et qui ne sera plus en ligne à la fin du mois.

L’opération avait été décidée après qu’un sondage a montré que 61% des interrogés, tout de même, pensaient que les emojis étaient plus pertinents pour communiquer que les mots et permettaient davantage de retranscrire ses émotions…

… et des chaînes hôtelières

Ce n’est pas vraiment une nouveauté :  la chaîne Aloft avait déjà lancé un room service 100% emojis dans ses établissements de Manhattan pour livrer des packs « gueule de bois » ou « petite faim ». Voici deux ans, le groupe Accor proposait plusieurs destinations sur base d’émojis envoyés sur son compte twitter, espérant ainsi s’attirer une clientèle jeune. Mais l’expérience a tourné court.

Quoi qu’il en soit, l’idée est incontestablement sympathique : elle présente l’avantage d’être naturellement multilingue et doit normalement plaire aux Millenials, habitués à les utiliser pour communiquer depuis leur smartphone. En revanche, leur signification ne saute pas nécessairement tout de suite aux yeux de tout le monde, surtout pour exprimer une émotion particulièrement pointue… A moins d’une normalisation qui serait assurée par une hypothétique Académie mondiale des Emoticônes, l’idée ne devrait pas dépasser le niveau du « fun » … ce qui ne serait déjà pas si mal !

[Avec Tom.travel]

(*) Pour ceux qui l’ignoreraient, les emojis sont ces petits dessins qui ont envahi les réseaux sociaux, d’abord connus sous le nom d’émoticônes avant que les Japonais ne s’en emparent… Les Québécois les appellent « binette », mais la traduction recommandée en français est « frimousse » — ce qui, à tout prendre, vaut mieux que tronche ou gueule…

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY