Pourquoi Lufthansa ne ferait pas alliance avec une compagnie du Golfe ?

Serge Fabre

Lufthansa fustige le protectionnisme dans le secteur du transport aérien en Europe et souhaiterait plus de libéralisation. Madame Zypries, secrétaire d’état au ministère de l’économie en Allemagne, suggère publiquement de son côté que Lufthansa devrait peut-être devenir un partenaire avec une compagnie aérienne du Golfe plutôt que de freiner leur expansion.

Lufthansa et son double discours

Carsten Spohr, patron du groupe Lufthansa, vient de dénoncer dernièrement la tendance croissante du protectionnisme dans le monde. Cette attitude entrave notamment la consolidation dans le secteur du transport aérien. Lors d’un autre colloque, il aurait indiqué que les fusions au niveau mondial sont freinées par des règles sur la propriété étrangère des compagnies aériennes dans de nombreux pays. C’est une manière habile de critiquer les règles européennes.

Lufthansa devrait faire alliance avec une des compagnies du Golfe…

Lufthansa devrait envisager de faire équipe avec l’une des compagnies aériennes du Golfe Persique plutôt que de s’attaquer aux régulateurs, suivant l’exemple d’IAG, la société mère de British Airways et Qatar Airways. Ce sont les propos de Madame Zypries du ministère de l’économie allemande. Le patron du groupe Lufthansa fustige d’un coté le protectionnisme mais de l’autre coté n’hésite pas à critiquer les compagnies du Golfe !

Lufthansa voudrait être maitre en Europe

Selon un certain principe hégémonique, le patron de Lufthansa a précisé à plusieurs reprises que le transport aérien en Europe doit se consolider pour améliorer ses résultats économiques. C’est ce que Lufthansa tente de réaliser au travers de sa filiale Eurowings. Elle voudrait bien intégrer SAS par exemple. Et Brussels Airlines attend que Lufthansa décide de son sort.

Les compagnies du Golfe ont pris de l’avance en Europe

Lufthansa est peut-être irritée de voir qu’Etihad ait racheté des participations minoritaires dans de nombreuses compagnies aériennes à travers le monde et notamment dans Alitalia, Air Berlin et bientôt Air Malta. Pendant ce temps, Qatar Airways détient une participation de 15% chez IAG propriétaire de British Airways.

Carsten Spohr dénonce le manque de règles équitables entre les transporteurs des pays du Golfe et l’Europe. Il dénonce, comme les grandes compagnies américaines les subventions dont bénéficient Qatar Airways. On évoque le chiffre de 40 milliards. Mais faut-il jeter l’opprobre envers toutes les compagnies du Golfe ? Emirates, par exemple publie ses comptes depuis de nombreuses années.

Cela n’empêche pas de faire alliance avec d’autres compagnies

Lufthansa est concurrent mais aussi partenaire de Turkish Airlines au Moyen-Orient. Ils sont tous deux membres de l’alliance Star Alliance, et, ensemble, possèdent le transporteur « loisirs » SunExpress. Le groupe allemand dispose donc de nombreux atouts pour mener des alliances.

Lufthansa a bien du mal à dominer le transport aérien en Europe

Le groupe allemand rejette la responsabilité envers les règles européennes. Mais n’est-ce pas un aveu de faiblesse de Lufthansa ? Eurowings reste un pâle concurrent de Ryanair qui cette année dépassera Lufthansa en termes de nombre de passagers. Par ailleurs, pourquoi le groupe allemand a attendu si longtemps avant de se positionner sur plusieurs transporteurs en Europe ?

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY