Pourquoi les marchés sont-ils si calmes face au risque de guerre au...

Pourquoi les marchés sont-ils si calmes face au risque de guerre au Moyen-Orient?

© GettyImages

Comment se fait-il que les marchés financiers sont restés aussi calmes face au risque de guerre au Moyen-Orient ? C’est la question que tout le monde se pose en ce moment.

Il suffit de regarder les chiffres, après le raid américain, qui a tué le général iranien Soleimani, il n’a fallu que 5 jours, weekend inclus, pour que la bourse américaine établisse un nouveau record historique. Même le pétrole est retombé à son niveau d’avant ce raid américain. Comment expliquer ce calme relatif des Bourses alors que les commentateurs parlaient de bruits de bottes au Proche-Orient et d’autres d’un début de 3ème guerre mondiale ?

Pourtant les explications ne manquent pas. Pour le pétrole, la Chine qui est l’un des rares pays amis de l’Iran, ne supporterait pas que le détroit d’Ormuz soit bloqué par les forces navales iraniennes. Ne serait-ce que parce que 50% des importations chinoises de pétrole viennent de cette région.

Ensuite, les investisseurs, s’ils peuvent paniquer, ont tendance ces dernières années à se ressaisir assez vite, car ils savent que les banques centrales sont là pour veiller au grain et qu’elles ne laisseront pas un krach boursier mondial se produire sans intervenir. En d’autres mots, les banquiers centraux jouent le rôle de Saints protecteurs de la Bourse.

Et puis, ce qui a aussi rassuré les investisseurs, c’est la riposte iranienne. On sait que les autorités iraniennes ont bien pris soin d’avertir indirectement les Américains de leur riposte pour éviter des morts. Ensuite, il y a la réponse mesurée de Donald Trump à cette riposte, qui a laissé croire aux investisseurs qu’il n’avait pas envie d’embrigader son pays dans une énième guerre au Moyen-Orient. Ne l’oublions pas, le 3 novembre prochain, ce sont les élections présidentielles américaines, et Donald Trump sait qu’il ne les gagnera pas, s’il se retrouve avec une Bourse dont les chiffres sont au rouge vif.

Bref, tous ces éléments ont contribué à rassurer les investisseurs. Evidemment, la question qui fuse ensuite, est : les investisseurs ne sont-ils pas trop complaisants ? Ne sont-ils pas trop sûr d’eux ? La réponse est bien entendu, oui ! Personne n’est à l’abri d’un accident qui pourrait mal tourner. On l’a vu avec l’avion de ligne ukrainien abattu par erreur par les Iraniens…

Mais bon, pour l’heure, c’est l’optimisme qui prédomine, même si on sait que les Iraniens n’ont pas terminé leur riposte… Est-ce qu’elle prendra la forme d’une prise d’otages, de raids en Irak sur des cibles américaines ou de cyberattaques, personne ne le sait… Mais les investisseurs se rassurent en regardant les statistiques historiques.

Depuis l’attaque de Pearl Harbour, les marchés d’actions américains ont mis en moyenne 25 jours pour récupérer leurs pertes suite aux attentats, guerres et autres crises géopolitiques. C’est ce qui rassure aujourd’hui les investisseurs !

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY