Pourquoi les députés parlent de « Honte nationale »

Le Directeur général de IAG, groupe propriétaire de la compagnie British Airways vient de riposter aux députés après qu’un rapport de la commission britannique des transports ait qualifié le transporteur national du royaume Uni de « honte nationale« .

Les tensions entre les législateurs et la compagnie aérienne se sont enflammées à cause des plans de British Airways de licencier 12 000 de ses collaborateurs pendant la crise du coronavirus.

Le rapport parlementaire a conclu que les actions de BA étaient une « tentative calculée de profiter de la pandémie pour supprimer 12 000 emplois et dégrader les conditions de travail d’environ 35 000 employés« .

En réponse à ces attaques, Willie Walsh, qui prendra sa retraite en septembre prochain, a déclaré que le transporteur agissait légalement en utilisant des dispositifs dits de « licenciement et réembauche » pour renégocier les statuts de ses 30.000 collaborateurs restants.

« British Airways ne propose, à ce stade, que des modifications pratiques en vue de rechercher un accord, comme l’exige la loi de 1992 sur les syndicats et les relations professionnelles dans le travail » a t-il commenté.

Précisant que British Airways « brûlait » environ 600 millions de livres (759 millions de dollars) d’argent liquide chaque mois, M. Walsh a ajouté qu’en 2010, lors de la procédure devant la Haute Cour contre le conseil juridique du syndicat BA Unite, le parlement avait admis que l’approche du transporteur était « parfaitement légale« .

La semaine dernière, le député du SNP Gavin Newlands a proposé un projet de loi d’urgence pour interdire cette tactique controversée. Il a laissé entendre notamment que les travailleurs de BA avaient été « trahis par leurs représentants syndicaux« .

Les politiciens et les syndicats ne pleureront pas pour les Damien Hirsts qui ornent les bureaux et les salons des cadres de l’entreprise (le groupe IAG a mis en vente ses œuvres d’art pour financer ses pertes), mais ils sont extrêmement mécontents des 12 000 emplois que la BA prévoit de supprimer, soit près de 30 % de ses effectifs.

Des membres du Parlement britannique ont qualifié la compagnie aérienne de « honte nationale » et l’ont accusée de « tentative calculée de profiter de la pandémie pour supprimer des emplois et affaiblir les conditions de travail des employés restants« .

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY