Pourquoi la peur du gendarme ne fonctionne plus aux États-Unis ?

Bernard Madoff, l’escroc du siècle a beau être en prison pour 150 ans, il a fait des émules aux États-Unis. Ces escroqueries dites « pyramides de Ponzi » sont à nouveau en vogue. Pourquoi la peur du gendarme ne fonctionne pas ou plus aux États-Unis ? La réponse est assez étonnante.

Après l’arrestation de l’escroc new-yorkais Bernard Madoff, on aurait pu croire que les amateurs de chaîne de Ponzi allaient se calmer. Et bien, non, pas du tout, huit ans après la découverte du scandale Madoff, les chaînes de Ponzi ont à nouveau atteint une somme record l’an dernier aux États-Unis selon mes confrères suisses du journal Le Temps.

Et si le nombre d’escroqueries est en effet resté stable, les montants, en revanche, ont augmenté et dépassent les 2 milliards de dollars ! Pour rappel, ce genre d’escroquerie dite « pyramide de Ponzi » tire son nom d’un Italo-Américain resté connu dans l’histoire pour avoir escroqué des dizaines de milliers de personnes à qui il offrait des rendements intenables, en utilisant l’argent des derniers déposants. C’est ce que faisait Bernard Madoff en versant des dividendes aux anciens clients via les versements des nouveaux.

La question qui se pose évidemment est la suivante : comment est-il possible que d’autres escrocs soient tentés par ce genre de fraude, alors que Madoff a été puni très sévèrement par la justice américaine ? La réponse à cette absence de peur du gendarme se trouve bêtement dans l’analyse des statistiques.

« La justice américaine est en quelque sorte plus clémente avec les criminels en col blanc qu’avec les vulgaires cambrioleurs »

Une fraude pyramidale portant sur moins de 5 millions de dollars est punie de 39 mois de prison en moyenne. Alors qu’un cambriolage avec un butin de 3.000 dollars peut coûter 10 ans de liberté. Voilà, vous avez tout compris, la justice américaine est en quelque sorte plus clémente avec les criminels en col blanc qu’avec les vulgaires cambrioleurs. Ces chiffres de peine de prison sont sérieux et proviennent du site securitiesanalytics.com. Le site a analysé les condamnations prononcées contre les 76 fraudeurs financiers qui se sont fait attraper l’an dernier pour avoir mis en place une chaîne de Ponzi.

Reste comme toujours la hauteur des risques à prendre. Ici, on parle de quelques millions, une bagatelle par rapport à Bernard Madoff qui est à l’origine d’une fraude de…65 milliards de dollars, c’est évidement tout autre chose. C’est la raison pour laquelle, il purge en ce moment une peine de prison de 150 ans.

Ce qui nous permet de dire sur la base de toutes ces statistiques que si vous devez commettre une fraude financière aux Etats-Unis, faites en sorte de rester sous la barre des 5 millions de dollars, la peine de prison médiane y est de 33 mois. Peine médiane, cela signifie que la moitié des peines est inférieure à ce chiffre de 33 mois et l’autre moitié supérieure. Voilà pourquoi Bernard Madoff, tout en restant en prison, a fait des émules, grâce à une forme d’injustice de la justice américaine.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY