Pourquoi Anantara s’installe en Malaisie

Anantara Hotels, Resorts & Spas s’installe en Malaisie avec l’ouverture du Anantara Desaru Coast Resort & Villas, prévue pour le 1er décembre 2019. Desaru Coast, est une destination en plein essor. Située à la pointe sud-est du pays, plus précisément à Johor Bahru, elle s’étend sur plus de 16 kilomètres carrés le long d’une plage vierge de 17 kilomètres face à la mer de Chine méridionale.

Le resort se trouve près d’Iskandar Malaysia, à 45 minutes en voiture de l’aéroport international de Senai en Malaisie, ainsi qu’à deux heures de route de Singapour. Les visiteurs de Singapour peuvent par ailleurs se rendre sur la côte de Desaru en ferry, suivi d’un court trajet en voiture.

Le nouveau Anantara Desaru Coast Resort & Villas est situé sur les rives dorées de la Malaisie et offre une gamme d’hébergements de luxe nichés au sein d’un jardin tropical luxuriant.

Le resort dispose de 123 clés comprenant 90 chambres de luxe au sein de bas immeubles donnant sur les jardins, la lagune et l’océan ; treize villas de luxe autonomes d’une ou deux chambres à coucher avec piscine et 20 vastes résidences de trois ou quatre chambres qui offrent une intimité totale avec large piscine et cuisine équipée avec service de chef et majordome.

Conçu par le cabinet d’architectes singapourien WOW Architects & Warner Wong Design et les décorateurs d’intérieurs de Environment Design Consultants en Malaisie, le design architectural du resort ressemble aux bâtiments traditionnels malais et est orné de matériaux et tissus indigènes tels que des textiles tissés, des éléments en osier malaisiens de renom et des silhouettes des métiers traditionnels malais.

Les luxueuses villas de piscine sont situées autour d’un lagon et leur conception s’inspire fortement d’une maison traditionnelle kampong conçue pour s’adapter au climat tropical malaisien avec des fenêtres du sol au plafond, des panneaux en bois sculpté en biais, des grilles et des portes grandes ouvertes qui permettent à l’air ambiant de refroidir l’intérieur.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY