REPORTAGE CDT : OSSUAIRE DE DOUAUMONT crédit photo : Guillaume Ramon / CDT

Aujourd’hui, 20 août, la cinquième étape, d’une cinquantaine de kilomètres, nous mène de Verdun à Dun.

Le Champ de bataille

Il est tôt dans la journée et on ne peut pas quand on est à Verdun, ne pas faire les dix kilomètres qui nous séparent de Douaumont. L’Ossuaire réunit dans un même repos les restes de 130.000 soldats inconnus. La tour offre un panorama sur l’ensemble du champ de bataille. L’Ossuaire est le meilleur endroit pour comprendre la bataille de Verdun.

SONY DSCLà devant nous, Il y a juste 100 ans, dans les champs de bataille boueux, de chaque côté de la ligne de front, des hommes se terraient dans les tranchées. Certains parlaient français, les autres allemand.

Tous, la peur au ventre, accrochés désespérément à leur fusil, hurlant quand une explosion emportait un camarade, tous, avant de se lancer sur le front, espérant tuer plutôt qu’être tués, tous, sans exception, ont sans doute pensé alors avoir raison.

C’est là aussi, qu’on comprend la nuance énorme entre un disparu et un mort, qu’on saisit ce que veut dire faire son deuil. Finalement, on reprend notre trajet, qui ressemble un peu à un pèlerinage. On se souviendra aussi longtemps du village détruit de Cumières, le Mort Homme et de la côte du même nom. Autant vous dire qu’on est tout heureux d’arriver au sommet toujours vivant.

Dun sur Meuse1Les derniers kilomètres se font facilement, et nous nous permettons un bon repas à midi, avant d’aller nous reposer dans notre chambre à Dun.

Et là, une belle surprise nous attend, un couple d’amis revenant de vacances vient nous saluer.

Office du Tourisme de Verdun

Place de la Nation- Verdun

0033329861418

info@verdun-tourisme.com

Pour relire les précédents articles :

Pouilly-en Bassigny- Rotterdam à vélo (1)

Pouilly-en Bassigny- Rotterdam à vélo (2)

Pouilly-en Bassigny- Rotterdam à vélo (3)

Pouilly-en Bassigny- Rotterdam à vélo (4)

Pouilly-en Bassigny – Rotterdam à vélo (5)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY