Ponant: passages sous pavillon français aux antipodes !

A l’occasion de la fête nationale française, PONANT est fier de voir 2 navires supplémentaires de sa flotte arborer le pavillon tricolore. Le Jacques Cartier, dernier-né de la série PONANT EXPLORERS et Le Paul Gauguin, acquis il y a 9 mois par la compagnie, viennent en effet tous deux de hisser le pavillon français.

En ce 14 juillet, jour de fête nationale, deux nouveaux navires de la flotte PONANT rejoignent le pavillon français. Le Jacques Cartier, dernier-né de la série PONANT EXPLORERS, vient de passer sous pavillon français à l’occasion de sa livraison par le chantier naval VARD.

Pour Le Paul Gauguin, ce changement de pavillon est un retour aux sources.. Ce navire emblématique de la Polynésie portait déjà, à sa création il y a plus de 20 ans, le pavillon tricolore. La cérémonie d’officialisation menée par Olivier de Kersauson et honorée de la présence du Haut-commissaire a eu lieu à Papeete, port d’attache du navire. Le Paul Gauguin a rejoint la compagnie PONANT il y a 9 mois.

« PONANT, premier armateur français de navires de croisière, s’inscrit depuis plus de 30 ans dans la tradition maritime de notre pays. Je me réjouis de voir ces 2 nouveaux navires de la compagnie arborer le pavillon français et rejoindre notre flotte comptant désormais 12 unités. Depuis les heures de gloire dans les années 50 et 60 de la Compagnie des messageries maritimes et de la Compagnie générale transatlantique, célèbre « French Line », jamais une compagnie n’a opéré autant de paquebots sous pavillon français », déclare Jean Emmanuel Sauvée, Président de PONANT.

Pavillon français et exemplarité PONANT

Classé parmi les meilleurs pavillons du Paris MoU (Memorandum of Understanding), le pavillon français est considéré comme un des plus sûrs au monde, un gage en matière de qualité environnementale et de sécurité. Toute la flotte PONANT est par ailleurs classée au BUREAU VERITAS et exploitée conformément aux normes des US Coast Guard.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY