Plovdiv, capitale européenne de la culture 2019

La vigne

Une fois sortie du bloc soviétique, la Bulgarie n’a pas connu l’engouement touristique de la Croatie ou l’intérêt porté aux pays baltes. Comme le pays ne manque pas d’intérêt culturel, il compte certainement beaucoup sur les spots allumés sur la ville de Plovdiv, capitale européenne de la culture en 2019, pour éclairer le pays tout entier et attirer des touristes ailleurs que sur les plages de la mer Noire.

Si vous n’avez jamais entendu prononcer le nom de Plovdiv, sachez que cette ville fut de tout temps très importante et qu’elle compte aujourd’hui près de 400.000 habitants, soit deux fois la population de Liège. Bien avant Sofia, elle a été la capitale de la Bulgarie et, en est restée la véritable capitale culturelle. Plusieurs civilisations s’y sont succédées, changeant à chaque fois son nom, mais y laissant des vestiges d’importance.

Il faut d’abord parler du peuple Thrace (1000 AC) dont la capitale s’appelait Eumolpia. De cette époque, il y a les restes d’une enceinte fortifiée et de merveilleux objets, dont des coupes et des vases en or, le tout exposé au musée d’archéologie.

La ville fut ensuite conquise par Philippe de Macédoine et rebaptisé Philippopolis, c’est le nom qui lui est resté, même après la conquête romaine. Même si cela n’a rien d’original, la ville conserve un théâtre romain en excellent état et une partie du stade qui pouvait contenir 30.000 personnes, ce qui donne une idée de l’importance de la ville à cette époque.

Il y a encore d’autres vestiges romains, dont une partie d’aqueduc qui amenait l’eau fraîche de la montagne toute proche. A la scission de l’empire romain, Plovdiv devint byzantine et est fière de montrer les mosaïques qui pavaient d’anciennes basiliques. Certaines n’ont d’ailleurs été découvertes que très récemment.

mosaïques ds basilique

Vinrent ensuite les Goths, les Bulgares et les Ottomans. C’est pourquoi il subsiste une très jolie ancienne mosquée et un bâtiment qui abritait des bains, tout deux pas très éloignés de la rivière (la Maritsa, rivière de Sylvie Vartan !)

Mais selon moi, la chose la plus extraordinaire de Plovdiv, c’est sa vieille ville. Sur les hauteurs de la ville actuelle, vous trouverez un ensemble de maisons de riches marchands datant du XIXème siècle. Dans l’une d’elle a séjourné le célèbre poète Alphonse de Lamartine, qui a d’ailleurs écrit sur la beauté du lieu.

La maison dite indienne, pièce de théâtre

Une des maisons est devenue musée et peut se visiter. Dans la cour d’une autre, il est possible à certains moments d’assister à un spectacle en costume traditionnel, le tout accompagné de musiciens jouant d’instruments spécifiques.

La ville moderne intéressera certainement beaucoup plus les dames que les messieurs. En effet, la rue piétonnière centrale est un véritable paradis pour le shopping, on y trouve ce qui est une spécialité bulgare : des produits de beauté à base de rose, dont l’ achat n’est pas vraiment pas ruineux. On y trouve en outre de jolies chaussures et des vêtements à la dernière mode à un prix extrêmement avantageux pour nous, alors qu’il est certainement cher pour les autochtones.

On peu donc considérer que cette ville est une belle destination de citytrip car au delà de la cité elle-même, il y a de belles excursions à réaliser. Cette région est en effet une excellente région vinicole.

Musée d’ethnographie, la + belle des maisons

Une visite avec dégustation chez un viticulteur sera un must pour des individuels, mais encore plus pour les groupes, car il est alors possible d’organiser une réception avec des gens qui vous accueillent en costume national et selon la tradition, c’est-à-dire en vous offrant du pain et du sel !

Tout ce qui a été dit plus haut ne concerne évidemment que la ville en général, le but des dernières rencontres internationales du tourisme (organisées par la municipalité) était de dévoiler le programme culturel de 2019. Il serait fastidieux de le détailler ici, car vous pourrez le trouver facilement sur le web.

Sachez qu’il y aura de la musique classique, du jazz, de la danse des expositions et des animations de rues. Pour ceux qui voudraient y envoyer leurs clients, je signale qu’il y a suffisamment d’hôtels du plus petit au plus luxueux, en centre ville et à l’extérieur. Pour les groupes, on trouve des guides qui parlent le français, mais il est aussi possible de louer des audioguides, formule intéressante pour les individuels.

Il me plaît ici de signaler qu’une agence liégeoise se lance dans le touroperating spécialisé pour la Bulgarie, ce qui facilitera certainement la tâche de ceux qui ne connaissent pas la destination.

Le seul « hic », c’est que pour rejoindre Plovdiv, qui possède un aéroport, à moins qu’un low cost ne programme la destination en cours d’année, il faut obligatoirement passer par Sofia, distante de quelques 130km.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY