Philippines : certains médias tourisme n’osent pas en parler…

Nous avons à plusieurs reprises été émus de ce qui se passait aux Philippines depuis l’élection de Rodrigo Duterte. Désormais, les médias nationaux s’emparent du sujet. Les médias spécialisés dans le tourisme n’osent pas trop en parler de peur de perdre un budget publicitaire …

La beauté de ce pays et de ses habitants est indiscutable

Personne ne contestera que le peuple philippin est accueillant et d’une gentillesse incroyable. Personne ne contestera qu’il fût indispensable de fermer l’île de Boracay. Les travaux d’assainissement des eaux usées n’avaient jamais été réalisés sérieusement. Les eaux autour de l’île commençaient à être polluées.

Mais, il y a d’autres endroits magnifiques comme l’île de Palawan. Pourquoi ne pas aller à Cebu ?

Vous y trouverez les meilleures plages de sable blanc des Philippines et la plongée à Malapascua, Bantayan, Camotes ou Moalboal. Bref, nous pourrions continuer longtemps comme cela.

Une nouvelle plainte contre le président Duterte

Les proches de plusieurs personnes tuées lors de la campagne anti-drogue du président philippin ont demandé à la Cour pénale internationale de le poursuivre pour des crimes présumés contre l’humanité. Il s’agit de la seconde demande de décision sur des milliers de morts pendant la répression dirigée par Rodrigo Duterte.

Selon l’avocat Edre Olalia, une plainte contre le président Rodrigo Duterte a été envoyée à un procureur de la CPI (Cour Pénale Internationale) par courrier électronique, l’accusant d’avoir ordonné, incité ou toléré les assassinats depuis le début de sa présidence au milieu de 2016 jusqu’à aujourd’hui.

Duterte veut se protéger

Duterte nie avoir toléré les exécutions extrajudiciaires et a décidé de retirer les Philippines de la CPI.

Selon le journal Le Monde : « D’après les statistiques officielles, qui ont varié au cours du temps, plus de 4 400 personnes ont été tuées par la police depuis l’arrivée au pouvoir de Duterte en juin 2016. Les défenseurs des droits de l’homme affirment qu’il faut en fait multiplier par trois ces chiffres pour obtenir le bilan réel des morts »

La plupart des personnes assassinées n’étaient que de pauvres bougres habitant dans les bidonvilles. La police ou les milices ne prennent pas la peine de s’assurer qu’il s’agit réellement de drogués et surtout ne les conduisent pas devant un tribunal.

Les médias du tourisme parlent peu de ce problème

Pagtour, comme d’autres médias vivent de la publicité. Nous nous assurons toujours que nos fidèles annonceurs soient de qualité. Les offices du tourisme sont également les bienvenus mais ils préfèrent souvent « le papier glacé ». Dans tous les cas nous ne pourrions accepter aujourd’hui de diffuser une publicité en leur faveur. On ne peut rester insensible à ces crimes et on souhaite que justice soit faite rapidement.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY