« Peut-être » le 8 juin…

Au cours d’une interminable conférence de presse, vendredi soir, Sophie Wilmès, Premier ministre, a donc détaillé les mesures d’assouplissement progressif de confinement qui frappent la Belgique, comme tant d’autres pays.

La réouverture progressive des cafés, bars et restaurants, voire même aussi d’autres lieux comme les cinémas, par exemple, pourrait être autorisée dès le 8 juin, quoique sous conditions.

Comme la réouverture des attractions touristiques, de même que les camps de mouvements de jeunesse et les « petits événements en plein air », qui pourront être organisés sous conditions, les voyages à l’étranger pourraient à nouveau être autorisés à cette date, sous réserve de décisions que doivent encore prendre les autorités. Les événements de masse tels que les festivals restent interdits jusqu’au 31 août.

C’est un (petit) soulagement pour les professionnels de l’Horeca et du tourisme, qui savent au moins à quoi s’en tenir, désormais. Quoique, au cas où la pandémie de coronavirus reprendrait de plus belle, il ne peut être exclu que le gouvernement fasse machine arrière…

Encore six semaines

Le 8 juin, donc. C’est dans six semaines, précisément. Et c’est un lundi. Manifestement, les experts qui ont planché sur ce calendrier ont oublié que la règle générale pour les locations est qu’elles se font du samedi au samedi : pour ceux qui envisagent cette forme de vacances, ils devront donc patienter cinq jours de plus…

A partir du 4 mai, ceux qui retourneront au travail sont priés de s’y rendre… en voiture — ce sont les écolos qui vont être contents ! — car les transports en commun sont décidément des nids à virus. Cela promet de beaux embouteillages !

En attendant, toutes les mesures de confinement restent de mise, sinon que les petits magasins — et donc les agences de voyage ? — pourront sans doute rouvrir leurs portes dès le 11 mai, et les coiffeurs le 18… peut-être, en même temps que les écoles.

Enfin, la possibilité d’autoriser les « réunions privées à domicile » pourrait réapparaître dans trois semaines : à défaut de pouvoir aller au restaurant, on pourra se faire une bouffe entre copains à la maison !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY