Français, Allemands et Britanniques, Australiens, Américains et Canadiens, Chinois et Japonais n’ont pas la même conception des vacances, ni les mêmes motivations, ni les mêmes attentes : un sondage sur plus de 8.000 voyageurs en provenance de ces pays vient le confirmer.

Réalisé par la société Northstar Research Parners pour Expedia Media Solutions, il met en lumière des comportements parfois surprenants. Première surprise : les Canadiens sont ceux qui prennent le moins de séjours durant une année moyenne, soit 2.8 séjours seulement (la moyenne globale se situe à 3.9).

Les Français sont légèrement au-dessus de la moyenne, avec quatre séjours par an. Dans quel but ? Sauf au Japon, où 61% des voyageurs consacrent leur séjour à découvrir et visiter le pays, dans la plupart des pays, on cherche d’abord à se relaxer. Ce fut en tous cas la motivation l’an dernier de plus de la moitié des voyageurs de Chine, d’Allemagne, des États-Unis et de France.

Les Français vont peu à l’hôtel

Seuls 51 % des Français réservent leur logement à l’hôtel, à peine mieux que les Australiens (50 %), et tout au contraire des Japonais, qui sont 90 % à préférer l’hôtel. Ces chiffres sont à relativiser quelque peu en ce qui concerne les Français, qui perpétuent une vieille tradition de séjours « non marchands » dans leurs familles de province…

… mais volontiers chez l’habitant

Le voyageur français, montre encore le sondage, est le plus ouvert aux formes alternatives d’hébergement, comme Airbnb, avec 17% des utilisateurs sondés qui y ont eu recours l’an dernier.

Chinois et Français très éloignés

Enfin, l’étude montre que les Chinois sont les premiers clients des agences en ligne (67 %), là où les Français sont les derniers (42 %). Mais il n’y a pas que là que la différence est marquée : ils sont aussi les premiers utilisateurs de comparateurs de voyage (41 % contre 29 % pour les Français) ainsi que des sites de destination (38 % contre 13 %), et surtout des blogs et médias sociaux : 56 % contre 25 % — mais ici, Allemands (23 %) et Britanniques (21 %) y sont encore moins accros.

L’étude en version intégrale (en anglais) est disponible à l’adresse http://urlz.fr/5BBe.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY