Paris : son hôtel pour nains

Le monde des trois étoiles parisien n’offre pas que des croissants dans ses patios. Il propose aussi « à boire et à manger » au touriste qui aurait choisi son hôtel au « Vogel pick ». C’est ce que nous avons pu constater le WE du 11 novembre dans un établissement de la ville lumière.

L’hôtel Vivaldi, c’est bas de gamme

Situé entre les boulevards Hausmann et des Italiens, le complexe ne donne pas le ton dans le quartier de l’Opéra. C’est pourtant chic ce coin-ci du 9ième arrondissement : Outre l’Opéra Garnier, les galeries Lafayette et le Printemps sont à une mesure de là.

Si l’hôtel (qui ne fait étonnement pas partie du groupe Accor) est à une échappée de la grande fosse parisienne, il n’empêche que les obèses, pour commencer par eux, n’y seront pas les bienvenus.

Le bémol qui les concerne se rencontre dès l’ascenseur. De forme trapézoïdale, il est composé d’un côté de 30 cm et d’un autre flirtant allègrement avec les 50. Une glace y est placée ingénieusement pour en agrandir l’espace. Prévu pour deux, nous ne savons pas si l’expérience a déjà pu être tentée. Ce qui est sûr, c’est qu’en se refermant, la paroi métallique offre l’avantage de gratter le dos. Utile et agréable après quelques heures de route.

La chambre 406, qui donne sur un conduit interne d’aération, propose une unité de surface identique de part et d’autre du lit. Quelques 70 cm qui accueillent un bureau et une penderie où vous pourrez, au choix, mettre 4 strings ou deux culottes.

Le point d’orgue se retrouve au niveau de la salle de bain, il vous faudra cependant enjamber le lavabo pour avoir accès aux toilettes. Le bruit de la chasse est par contre des plus harmonieux.

Afin de permettre au plus grand nombre de profiter de l’adresse, les concepteurs ont ingénieusement pensé à en rétrécir les parois séparant les parties. Une aubaine car les amateurs de vocalises pourront s’imaginer sans peine dans une salle de concert. Solmisation, sous-tonique, suraigu, quinte(s), staccato : tout ce que permet une partition s’y retrouve dans un joyeux yodel.

Malgré tous ces avantages, nous ne pouvons que déplorer le mal de gorge qui nous a pris dès le matin. Surchauffée, nous n’avons eu d’autre choix que de profiter de la chambre, la fenêtre ouverte. Vu la disposition, la fenêtre était positionnée trop près de la gorge. Le courant d’air fut fatal.

Une bonne note cependant pour deux membres du personnel sur les trois. La troisième n’était par contre pas des plus rigolotes. Une amatrice de Wagner sans aucun doute qui n’avait, contrairement à la Valkyrie, pas grand monde au balcon.

Comptez 130 € la chambre via booking.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY