Paris brille toujours!

Selon une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), Paris se classe à la 4ème place des grandes villes les plus attractives au monde. Mieux encore, malgré les attentats, les grèves et les inondations, la capitale française progresse de deux places sur le précédent classement de 2014.

Elles étaient 30 villes en compétition, et Paris se classe à la 4ème place du classement « Cities of opportunity 2016 » du cabinet PwC. « Le bon classement de Paris ne tient pas à quelques éléments seulement mais à une assise très forte sur toutes les familles de critères, c’est une performance homogène et une constance inégalée », a commenté à l’AFP Fabien Goffi, associé secteur public chez PwC France. La capitale française est ainsi la seule à être classée dans le top 10 pour neuf familles de critères sur dix.

Tiercé gagnant : Londres, Singapour et Toronto

Londres se classe en tête du classement général, devant Singapour, Toronto, Paris et Amsterdam. Grosse dégringolade par contre pour New York qui chute de la deuxième à la sixième place. En Asie, Hong Kong se classe 9e alors que Pékin et Shanghai sont respectivement 19ème et 21ème.

Paris est première (ex-aequo avec New York) pour sa qualité de vie alors qu’elle n’était seulement en 7ème position en 2014. Si la ville lunmière est appréciée en tant que lieu d’accueil avec ses infrastructures destinées aussi bien aux touristes de loisirs que d’affaires, brille beaucoup moins pour son capital intellectuel et d’innovation où elle n’est plus que troisième.

Si le système éducatif et ses universités sont (encore ?) réputées, paris est freinée par son « environnement entrepreneurial ». « La France en général, et Paris en particulier, a une capacité d’innovation qui est claire, mais il faut parvenir à transformer nos chercheurs en entrepreneurs », explique M. Goffi.

Paris : ville chère !

La ville est aussi pénalisée par le manque d’attractivité de son environnement économique où elle continue de reculer. Deuxième en 2012,  quatrième en 2014, elle ne se classe que huitième en 2016. Pire, elle porte le bonnet d’âne pour les critères de croissance du PIB (25ème) et de croissance de l’emploi(28ème).

« Il n’y a pas eu une dégradation énorme, je dirais plutôt que ce sont les autres métropoles qui ont été plus performantes », analyse Fabien Goffi. Autre carence, elle figure à la quatrième place des villes les plus chères, autant pour les entreprises que pour les ménages, même si le coût de la vie élevé des Parisiens est compensé par des salaires importants. « La performance homogène du classement de Paris permet d’être serein pour la suite », explique-t-il.

En ces temps difficile, le classement de PwC est un ballon d’optimisme qu’il faut savourer sans modération… tout en prenant conscience que tout n’est pas parfait et qu’il faut encore et toujours s’améliorer pour ne pas se faire doubler…

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY