OVERRUN

Fracture routière. Après la fracture numérique, la fracture routière. Décidément, le gouvernement belge veut mettre à l’écart « les petits vieux ». Pas de smartphone, pas de voyages ! Incapables de scanner vous-même vos produits au supermarché ? Bingo, vous êtes bons pour les queues aux caisses manuelles de plus en plus réduites ! Voilà que la Belgique envisage de faire passer les permis de conduire à intervalles réguliers aux plus de… (les chiffres varient). C’est un vrai scandale et d’abord parce que le code de la route évolue tout le temps. Je m’amuse toujours à répondre aux « quiz » du magazine Touring et je dois avouer que je ne réussis pas à tous les coups. Ce qui me paraît de pur bon sens n’est pas toujours la bonne réponse.

Exemple : « Pouvez-vous traverser la ligne blanche lorsqu’un camion est en panne devant vous ? » Bon, je ne vais pas insister. Tous les « petits vieux » que j’ai interrogés seraient incapables de réussir leur examen de permis de conduire aujourd’hui. Et même en cas de révision, ils sont incapables de mémoriser aussi bien que la jeune génération. Ils seraient donc exclus de la route. D’autant plus que, comme me le dit ma femme, « quand j’ai quelqu’un à côté de moi qui me juge, je panique. » Au passage, la seule contrainte que j’admettrais serait une attestation médicale (vue, réflexes, etc.)

Or, en poursuivant mes interrogations, j’ai quand même dû constater que ce ne sont pas « les petits vieux » qui sont les plus dangereux. Selon les assurances, ils multiplient les accidents, mais, comme on dit à Bruxelles, ce ne sont que des « blouchs », tels des pare-chocs emboutis en se parquant. A l’inverse, les accidents des jeunes sont plus souvent graves, voire mortels, y compris pour des tiers. Cela remonte à quelques années, mais cela m’a frappé : à un carrefour, un « petit vieux » ne démarrait pas tout de suite quand le feu est passé au vert. Un motard qui s’était mis à sa droite et qui faisait rugir son moteur a littéralement « décollé » au quart de tour pour le dépasser et a embouti une voiture qui était passée à l’orange/rouge.

« Les petits vieux », avec leur expérience, ont le sens de la route. Ils prévoient la manœuvre du jeune blanc-bec qui va leur faire une queue de poisson et ralentissent. Ils s’en fichent. Le gosse, lui, après une queue de poisson, voudra se venger et le drame se pointera. Enfin, pour l’instant, les députés hésitent. Et ils ont raison. Les plus de quarante ans sauront qui a voté pour une loi débile. De toute façon, les réseaux sociaux les dénonceront. Un risque à prendre pour ennuyer (euphémisme) une part importante de la population ?

La citation

« Je fais de l’exercice. Quand je vais chercher quelque chose dans ma chambre, j’oublie ce que c’était en arrivant. Je retourne, donc, me souviens et reviens. Je fais donc le double de mes trajets domestiques. » (Mick Rob)

Orthographe

L’institutrice dicte: « Les poules sortaient du poulailler dès qu’on avait ouvert la porte. » Les élèves ont écrit : « Les poules sortaient du poulailler. Des cons avaient ouvert la porte. »

Question

A quel moment le boomerang décide-t-il de revenir ?

Saison des cadeaux

Offrir un tambour, des castagnettes ou une trompette au fils d’un type que vous n’aimez pas, c’est une idée. Mais pour les filles ? Le cadeau le plus subtil, c’est une poupée Barbie en bikini. Le père sera obligé d’acheter toute la garde-robe.

Saint-Nicolas

Il ne vous a pas échappé qu’aujourd’hui, c’est la Saint-Nicolas (merci qui ? Mmmmh ?…). Suite aux inondations, une petite fille a écrit au « Grand Saint », à l’adresse traditionnelle de la rue du Paradis. Immanquablement, la lettre est parvenue à la préposée de la Poste qui l’a ouverte. La lettre l’a émue. « Cher Saint-Nicolas, cette année, je ne veux pas de cadeau, je ne saurais d’ailleurs pas où le mettre. Notre maison a été détruite par la rivière. Mon papa qui travaille dans une boîte de nuit est sans travail et, à la maison, on dort tous dans le même lit et sans chauffage en attendant les subsides des assureurs. Si tu pouvais donner 500 euros à ma maman, elle pourrait nous acheter un peu de boudin pour faire la fête et acheter des piles pour avoir de la musique en écoutant un petit transistor. »

Emue, la postière avertit ses collègues et tous participent à une collecte qui réunit 250 €. Lesquels sont mis au nom de la petite fille dans la boîte aux lettres de ses parents. Quelques jours plus tard, les postiers reçoivent un retour de la petite fille. « Cher Saint-Nicolas, merci pour le cadeau à mes parents, ça va bien nous aider. Évidemment, comme d’habitude, ces salauds de postiers ont piqué la moitié pour leur propre compte ! »

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY