OPA du gigantesque groupe Tata sur Jet Airways

La compagnie indienne Jet Airways a dû faire face à des turbulences ces derniers mois. Non seulement le prix du carburant a augmenté, la roupie indienne a été dévaluée… mais c’est surtout la concurrence qui a affaibli le transporteur.

Les salaires ont été payés avec retard

C’est grâce à l’argent versé par Etihad que Jet Airways peut continuer son exploitation (23 millions de dollars US). Cependant, on doute toujours que la compagnie d’Abou Dhabi reste actionnaire de la compagnie.

Etihad est certes largement aidée par son actionnaire … l’Arabie Saoudite et ne manque pas d’argent mais Jet Airways n’est peut-être plus si stratégique pour Etihad qui continue à perdre de l’argent.

Jet Airways fait l’objet d’une offre publique d’achat

Le conglomérat cependant, veut un contrôle complet sur Jet Airways et la sortie de ses actionnaires actuels : Etihad (24%) et la famille Naresh Goyal (51%).

Il a rejeté la proposition de copropriété ou de coentreprise.

Tata est déjà présent dans l’aérien

Le conglomérat, dont le chiffre d’affaires s’élève à 103 milliards de dollars US (plus de 90 milliards d’euros), est déjà dans le secteur du transport aérien par le biais de coentreprises avec Singapore Airlines, qui exploite Vistara, et de la compagnie aérienne à bas coût AirAsia.

Si la transaction avec Jet Airways aboutit, Tata peut renforcer son activité aéronautique en termes de réseau et de part de marché.

Tata Group veut Jet Airways totalement ou rien

Lors d’une récente réunion, le groupe Tata a clairement indiqué ses intentions aux représentants de Jet Airways : vendre l’ensemble de la société, ses avions et son infrastructure, ou bien aucun accord.

Le groupe Tata semble désintéressé par le contrôle en commun et la copropriété, dans la mesure où le groupe veut devenir un des principaux acteurs du transport aérien en Inde.

Un secteur en pleine expansion mais sans gros profits

Dans l’ensemble, le secteur aéronautique en Inde est dans une impasse. D’après la direction générale de l’aviation civile, le trafic intérieur de passagers aériens a augmenté d’au moins 16% par an au cours de la dernière décennie.

Cependant, cette croissance a été en grande partie sans permettre aux compagnies aériennes de bénéficier de marges.

La concurrence intense et la sensibilité des prix des passagers ayant contraint les compagnies aériennes à garder des tarifs relativement bas.

Le groupe Tata tente de réorganiser son secteur aéronautique en apportant un nouveau leadership et des fonds supplémentaires à AirAsia et à Vistara. Aditya Ghosh, ancien président d’IndiGo, pourrait être amené à diriger l’activité aéronautique de Tata. Cela en dit long sur les intentions du groupe Tata.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY