« On n’a plus de clients et chez toi c’est pas très grand »

« On n’a plus de clients et chez toi c’est pas grand. T’es étudiant ou apprenti en Anjou ? Change d’air, on t’accueille ». C’est simple et ça fait chaud au cœur cette initiative du vignoble angevin née de l’initiative d’une mère d’étudiants, propriétaire de chambres d’hôtes.

Maryline Hamon a des enfants étudiants et sait à quel point vivre éloignés de leurs proches et de leurs congénères à suivre des cours à longueur de journées entre quatre murs trop rapprochés est déprimant pour les jeunes. Elle est propriétaire de chambres d’hôtes au bien nommé lieu-dit de
Boire Bavard à Blaison-Gohier (http://www.chambreshotes-boirebavard.fr/fra dans le vignoble d’Anjou.

En pensant à l’isolement de sa fille étudiante à Lyon, l’idée lui est venue de mettre gratuitement ses chambres, plongées dans le vide… Covid, à disposition d’étudiants ou d’apprentis de la région.

Histoire de les chouchouter un peu, de leur offrir une bouffée d’oxygène et de leur faire remarquer qu’elle comprend bien leur désarroi. Sollicité, l’office de tourisme Anjou Vignoble et Villages, à tout de suite apprécié sa généreuse proposition et décidé de la déployer auprès d’autres hébergeurs.

Les vignerons ne sont pas en reste pour offrir la visite de leurs caves et une petite dégustation aux étudiants ou apprentis de passage. C’est devenu une vaste opération « solidarité étudiants ».

A la mi-février, observe Aurélien Debomy, directeur de Destination vignoble et village, 23 hébergeurs en sont devenus partenaires, et déjà 171 candidats (mais comme ils viennent souvent à deux, les inscriptions se montent à 330) se sont inscrits pour cette opération commencée début février et qui devrait durer jusqu’à fin mars mais, suivant l’évolution, l’opération, dit-il, pourrait être renouvelée en avril. Des hébergeurs d’autres régions se manifestent désormais et tout le monde espère que l’idée va faire des émules.

Robin Druart en a profité, lui, pour une nuitée en pleine semaine au gîte de l’Orangerie à Saint Lambert du Lattay. Il y est venu avec son amie Agathe, étudiante elle aussi. Il n’en revient pas d’une telle générosité selon ses propres mots.

Non seulement Pierre et Marie Cesbron leur ont offert le gîte capable d’accueillir sept personnes, mais ils les ont invités à partager un « copieux et délicieux » dîner ainsi que le petit-déjeuner.

« Ca nous a fait un bien fou mais on sentait qu’eux aussi étaient heureux de nous voir. C’était tellement généreux, j’en étais presque gêné ; on ne m’avait jamais offert un cadeau comme celui-là ». 

Habituellement il vit dans un 30 m2, vissé à l’ordinateur tous les jours pour suivre ses cours. Alors cette bouffée d’oxygène, même courte, il l’apprécie vraiment. Tout comme il a apprécié que ses hôtes l’emmènent visiter un domaine viticole et d’avoir pu découvrir un peu la campagne angevine, un exotisme pour ce Lillois d’origine.

Laure et Constance sont copines depuis le lycée. L’une étudie la psycho, l’autre étudie les humanités et sciences politiques. Elles ont été accueillies au gîte du Domaine de l’Angelière à Champ-sur-Layon pour tout un week-end. Une maison entière et indépendante, ça vous change de la chambre du foyer d’étudiants.

Venant d’Angers à une quarantaine de kilomètres de là, elles sont allées faire quelques courses pour jouir de cette pause si bienvenue. Et elles ont fait la connaissance d’une troisième comparse étudiante, logée elle aussi dans ce grand gîte.

Laure se dit privilégiée d’avoir pu se reposer, se balader, visiter le domaine viticole. « On ne connaissait pas du tout. Et puis c’est la campagne, c’est très beau ». Toutes deux restent touchées par le fait que ces personnes les aient accueillies chez elles et se soient, malgré leur charge de travail si gentiment occupées d’elles.

Jolie solidarité soutenue avec force par l’office de tourisme qui se charge des demandes, vérifie les dossiers car pour être éligible, il faut être étudiant(e) ou apprenti (e) en Maine-et-Loire, disposer d’un justificatif de logement en propre (pas chez les parents) et pouvoir fournir une attestation de responsabilité civile.

Il gère ensuite les disponibilités et ce sont les propriétaires qui décident des activités qu’ils veulent offrir en plus à leurs jeunes invités : visites de domaines viticoles, randonnées, visite de golf ou de sites particuliers.

Leur récompense à eux, ce sont les photos, les mots, parfois touchants, de remerciements et, comme le dit si joliment l’initiatrice de cette opération Maryline Hamon « pouvoir recouvrir de positif ce monde négatif ». Pari gagné !

Évelyne Dreyfus

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY