MSC et Ponant: Des nouveautés

Armateurs aux philosophies très éloignées l’une de l’autre, les deux groupes ont le sourire. La conjoncture est exceptionnelle pour eux comme pour les autres. Rencontre avec Patrick Pourbaix, Directeur de MSC et Séverine Halioua, représentante du groupe français Ponant.

MSC : 103% de remplissage cette année

Le Directeur d’MSC, Patrick Pourbaix est un personnage attachant. Lors des rencontres entre professionnels, il est un des rares à ne pas attendre le client derrière son échoppe. Très français dans son approche, il va vers le chaland et sait admirablement vendre sa compagnie. Plus sage et réservée, sa directrice marketing, Vinciane Jacquiez, l’assiste sans sourciller dans une complicité parfaite.

Son premier bonheur est sans nul doute de nous présenter le prochain bébé du groupe : Le MSC Meraviglia. Hasard de la date, c’est dans 9 mois que la société italienne accouchera de sa prochaine merveille. Thalassa consacre actuellement un reportage sur sa gestation.

Pour le lieu de sa conception, c’est le Havre qui a été choisi. Le 3 juin prochain, la ville fêtera ses 500 ans d’existence et le champagne coulera sur la fontanelle du navire.

800px-chantier_naval_de_saint-nazaire_01Patrick Pourbaix est fier d’annoncer que sur les 11 prochains bateaux, 8 seront construits à Saint-Nazaire. De la sorte, le groupe MSC assurera du travail pendant 10 ans à quelques 3.500 personnes.

Le dernier sortira des ateliers maritimes en 2026. Honoré de ce choix, le Président Hollande les a d’ailleurs convié à l’Élysée. Pagtour a d’ailleurs consacré un papier lors de l’événement.

Cerise sur le gâteau, le Meraviglia sera positionné en Belgique. Un pays que le groupe affectionne particulièrement. Employant 17 personnes à Ruysbroek, MSC se positionne comme leader sur le marché belge.

Plus européen dans son design, MSC rencontre un public moins intéressé par le côté parfois carnaval(esque) et kitsch de ses concurrents américains. Chez MSC Cruises, on « PONANTise » petit à petit son infrastructure. Le Meraviglia comptera pas moins de 300 chambres « à part » dans un espace appelé « Yacht Club ».

Seulement accessible aux résidents du compartiment, ces chambres 1ère classe proposeront une atmosphère bourgeoise tout en donnant la possibilité de profiter du côté « rigolo » des croisières. Un pianiste y jouera le soir quelques notes, à déguster un verre à la main.

Ponant annonce une nouvelle flotte

Au sein du groupe français, le succès est également au rendez-vous. Avec plus de 90 % de taux de remplissage et quatre nouveaux yachts – encore plus petits – Séverine Hallioua a le sourire. Ici, les croisières se réservent au moins un an à l’avance.

2-ships_explorers-c-ponant-philip-plisson-sterling-design-international-696x385Composés de 92 cabines et de 110 membres d’équipage, l’offre ne comporte que des cabines extérieures.

Quatre suites de 45 m2 accueillent les plus chanceux. Elles proposent aussi de plus grands balcons.

Si ces bateaux-ci ne sont pas construits en France à cause d’un calendrier full à Saint-Nazaire, c’est un architecte français, Jean-Philippe Nuel, qui s’est chargé de son aménagement intérieur. Les chefs viennent de l’école de Ducasse, les viennoiseries sont faites à bord. Tout ce que la France offre de meilleur est proposé à la carte.

Une notion très luxueuse de la croisière qui plaît aussi aux étrangers. Ponant possède un bureau de 8 personnes à New-York. Les australiens et les chinois seraient également attirés par le produit.

D’après sa représentante, Ponant est une marque où les clients reviennent et qui excelle par le renouvellement de ses itinéraires. Des parties moins connues de l’Australie seront mises à l’honneur cette année.

Le nombre de néerlandophones séduits par ce type de croisière serait en constante augmentation.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY