MSC de plus en plus éco-responsable !

zvg/màd

Nous avons reçu le tout nouveau rapport de « durabilité 2019 » de MSC Cruises. On pourra dire ce qu’on veut des 300 navires de croisière qui sillonnent le monde, en temps normal : les deux secteurs qui se préoccupent le plus d’améliorer leurs performances environnementales sont l’aviation et les croisières.

Pourtant, à eux deux, ils ne représentent pas 5% des émissions nocives… Mais c’est toujours plus spectaculaire de monter un gros porteur ou un géant des mers plutôt qu’une cheminée ou un climatiseur de maison individuelle. Comme des chiffres valent souvent mieux qu’un long discours, en voici quelques-uns livrés à vos réflexions.

-Depuis 2008, l’empreinte carbone laissée par MSC a baissé de 28%

-80% de l’eau de consommation à bord vient de l’eau de mer

-les nouveaux bateaux équipés d’épurateur de gaz réduisent leurs émissions de dioxyde de soufre de 98%

-26.531 m³ de déchets provenant des bateaux MSC ont été triés et recyclés.

-zéro cas de maladies gastro-intestinales à bord

-97 millions d’objets en plastique à usage unique ont été éliminés

-80% de la nourriture et des boissons à bord sont acheté localement

Dans l’ensemble, l’industrie des croisières représentée par CLIA s’est engagée à réduire les émissions de carbone de 40% dès 2030, comparé à 2008.

Sur un grand navire de croisière, il faut savoir que 50% de l’énergie est consommée pour la propulsion, 20% pour les machines auxiliaires, et 14% pour le chauffage, le refroidissement et la ventilation.

Un peu de technique, maintenant 

-Les nouveaux navires sont équipés des systèmes suivants :

-un système de filtrage qui élimine 98% d’oxyde de soufre

-le design des hélices est conçu pour minimiser le bruit et les vibrations qui peuvent impacter les mammifères marins

-toute l’eau utilisée à bord est épurée avant d’être éventuellement rejetée en mer.

-la capacité de traitement de l’eau mer pour la transformer en eau potable est de 3 millions de litres par jour, ce qui représente 80% de la consommation.

-le centre de traitement des déchets les compacte, les trie et les incinère, et ce qui peut être recyclé est traité dans les ports de destination.

-un système de captation de l’énergie par branchement dans les ports qui sont équipés permet de réduire considérablement l’usage de la machinerie de bord.

-toutes les lampes à bord sont équipées de LED

-les systèmes de chauffage, ventilation et air-co du bord s’ajustent par eux-mêmes à la température extérieure et au nombre de passagers à bord.

-la chaleur produite par les machines et par le service de nettoyage du linge est récupérée pour chauffer par exemple la piscine

Sans complexe

Aucun autre secteur économique n’a fait des efforts comparables ces dernières années. Il ne faut donc en aucun cas avoir mauvaise conscience de vendre des croisières : c’est un fantastique outil au service du tourisme.

Nous reviendrons sur d’autres aspects de la croisière, notamment ce qui concerne le personnel de bord et le problème souvent montré du doigt du surtourisme aux escales. Avec de nouvelles informations.

Il ne vous reste plus qu’à prendre patience, les beaux jours reviendront.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY