Moins aisés, les Français sont moins partis en vacances en 2015

Le « Baromètre » annuel du cabinet Guy Raffour a été présenté lundi dernier à Paris lors d’un séminaire auquel participaient Captain Train, Club Med, Esthua, Flixbus, Gîtes de France, Tourisme Portugal, Sncf Voyages, Swiss travel, Travel & Co, Voyages-Sncf et Ancv.

Parallèlement à une baisse de 2 points du nombre de Français partis, on constate une hausse de 4 points des Français partis qui ont pris plusieurs types de séjours (court marchand, long marchand ou long non marchand. Le taux de départ global – qui ne dépasse pas 60% – s’explique essentiellement par des revenus insuffisants. Il correspond à la moyenne des 3 dernières années. L’impact des événements du 13 novembre sur le taux de départ des Français a été contenu car l’année touristique était déjà très engagée et s’était déroulée de façon plutôt satisfaisante auparavant.

Un besoin toujours vital

Partir est, pour plus d’un Français sur deux, un « besoin vital » pour lequel ils sont prêts à sacrifier d’autres dépenses. Mais l’arbitrage budgétaire incite les Français à comparer les prestations et à réduire leurs dépenses une fois sur place. Les Français « rationalisent leur envie » selon leurs possibilités financières et cherchent tous les moyens pour optimiser le rapport qualité / prix des prestations en prévoyant du temps pour une préparation approfondie de leurs séjours.

Le budget moyen, pour un foyer, du principal séjour marchand (vacances) a été de 1747 euros en 2015, soit une baisse importante de 13% par rapport à l’an dernier, où il était de 2014 euros.

Toujours plus en ligne

L’an dernier, 77% des Français partis en vacances ont préparé en ligne leurs séjours de loisir en 2015. C’est six points de plus que l’année précédente. Pour Guy Raffour, les raisons de cet engouement sont multiples : hausse des smartphones & tablettes, hausse des séjours marchands, réponse on line immédiate après un stimulus, un voyage virtuel qui précède le réel via des propositions de plus en plus immersives, une étendue des choix de prestations expérientielles, la compréhension facilitée des offres via une « proximité numérisée », l’accès à des prix yieldés, les contenus collaboratifs, etc., tout ceci au moment voulu : 24h sur 24, 7 jours sur 7, avec une visibilité sur les disponibilités.

L’Internet mobile les accompagne de plus en plus via des services et des applications aux offres géolocalisées, en temps réel, selon leurs besoins et profils. Les contenus mobiles changent leur façon de vivre les séjours : ils organisent davantage sur place les activités.

Depuis 14 ans

Depuis 14 ans, le Baromètre de Guy Raffour  mesure avec précision tous les paramètres essentiels du tourisme et du e-tourisme des Français : évolution des départs en courts séjours marchands et/ou en longs séjours marchands et non, les périodes de vacances, les délais de préparation, s’ils partent accompagnés ou non, le budget vacances, les comportements, les critères de choix des destinations, les types de destinations, les formules souhaitées, les modes de réservation, les types d’hébergement.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY