Dans la série de reportages consacrés récemment à Bruxelles, nous vous avons parlé des «greeters», ces habitants qui font découvrir leurs quartiers de vie autrement. Cofinancée par l’Union Européenne et promu par différentes associations internationales, une idée originale a vu le jour au niveau européen : Le projet Migrantour.

Depuis le début du XXe siècle, toutes les villes européennes ont vu leur population changer, évoluer, se diversifier selon les différents flux migratoires (souvent forcés) en provenance d’Espagne, d’Italie, de Pologne, d’Arménie, du Maghreb, d’Asie ou d’ailleurs… La capitale belge n’a pas échappé à ce phénomène. « D’après le New York Times, Bruxelles est la seconde ville la plus cosmopolite au monde », souligne à juste titre Patrick Bontinck, CEO de visit.brussels.

Une idée originale

Tous ces nouveaux arrivants ont modifié et transformé au fil du temps les quartiers des villes européennes où ils vivent désormais. L’idée de Migrantour, c’est de les faire (re) découvrir. Peu fréquentés, pour ne pas dire ignorés, par les circuits touristiques traditionnels, l’organisation met à disposition des « accompagnateurs multiculturels » qui en dévoileront tous les aspects : patrimoniaux, historiques, sociaux et culturels.

Chinatown_london« Vivre les villes d’Europe à travers leurs quartiers les plus populaires et animés, souvent colorés et parfumés des mille et une cultures venant du Monde entier. Connaître le parcours personnel et l’histoire des ces habitants venus d’ailleurs pour s’y établir. Migrantour vous invite lors d’une balade urbaine à une immersion dans ces lieux de vie, nourrie de rencontres et de témoignages grâce aux passeurs de culture », explique F. Vietto, concepteur du projet Migrantour en Italie sur le site de l’organisation. Aujourd’hui, 10 villes européennes font partie du projet. Et ça (commence) à marcher.

Depuis 2010, plus de 11.000 personnes ont participé à ces itinéraires des migrants, des balades accompagnées par ces nouveaux habitants via des ateliers et des promenades pour les écoles et les citoyens. Des publications résumeront bientôt les histoires et les lieux dans les villes multiculturelles.

Découverte réciproque

Une conférence a eu lieu en 2016 à Bruxelles. C’est là que John Van Den Plas, coordinateur du projet dans la capitale a pris connaissance du projet. « Les nouveaux guides seront formés en interne. L’histoire de la migration leur sera enseignée. Ils bénéficieront également de formations sur les chocs culturels. Ils pourront enfin apprendre à créer des ballades à destination d’un public jeune », nous explique-t’il.

King-of-BarbesApolitique et véritable projet citoyen, il a pour but de faciliter l’intégration des personnes d’origine étrangère dans les villes concernées en favorisant la compréhension et le 

respect réciproques entre autochtones de souche et allochtones… qui ne demandent qu’à l’être. Mais sans y perdre pour autant leur identité… C’est la diversité qui fait avancer… Pas l’uniformité… N’en déplaise à certains…

Avantage non négligeable, Migrantour apportera une possibilité de revenus supplémentaires à des personnes provenant de pays tiers et souvent en situation difficile. Précision, ces accompagnateurs ne sont pas des guides touristiques professionnels officiels, mais des accompagnateurs interculturels sélectionnés et formés pour gérer des itinéraires pédagogiques et de formation sur le thème de l’interculturalité. Les visites seront disponibles dès mars 2018.

Les lecteurs qui souhaitent en savoir plus sont invités à cliquer sur le lien qui suit: http://migrantourbruxelles.wixsite.com/migrantourbruxelles

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY