Mer: la bataille du soufre est presque gagnée

L’Union européenne et les 21 Etats riverains de la Méditerranée, réunis à Naples, viennent de s’engager à faire de cette mer une zone à faibles émissions d’oxydes de soufre par les navires. Ils vont saisir l’Organisation Maritime Internationale, seule autorité compétente au niveau mondial, afin qu’elle limite à 0.1% la teneur en soufre autorisée dans les carburants des navires en Méditerranée. Les signataires de cette résolution prévoient également la réalisation d’études complémentaires et l’identification des mesures d’accompagnement.

Depuis 2015 déjà

Dans les zones SECA, les navires sont tenus depuis 2015 ne pas émettre plus de 0,1% de soufre. Il n’en existe que deux en Europe : la mer Baltique et la Manche/mer du Nord. Deux autres couvrent les Caraïbes dans la zone américaine (Porto-Rico et Iles Vierges) et une partie des côtes américaines et canadiennes. Le reste du monde est sur le point de voir la limite abaissée à 0,5% au 1er janvier 2020.

N’en déplaise à Transport & Environnement, qui prétend que le transport maritime ne consent aucun effort, un certain nombre d’armateurs a déjà décidé de passer directement à un gasoil dont la teneur en soufre n’est que de 0,1%.

Mais si la bataille du soufre est désormais pour ainsi dire presque gagnée, celle de la réduction des émissions d’oxyde d’azote (NOx) doit encore être conduite à l’échelle mondiale.
[Source : Mer et Marine]

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY