Menace de l’IATA envers les agences de voyages

C’est notre excellent confrère AirJournal qui lance l’alerte. Du 4 au 6 juillet se tient à Rome le PAPGJC, c’est-à-dire le Passenger Agency Program Global Joint Council. Et de quoi va-t-on parler ? Du BSP !

Un BSP à 7 jours !

Je me rappelle comme si c’était hier le lancement de ce Bank Settlement Plan : il devait permettre aux compagnies aériennes de toucher tous les 30 jours par l’intermédiaire d’une banque d’affaires l’argent perçu par les agences pour la vente de billets d’avion.

Ce terme de 30 jours est passé ensuite et récemment à 15 jours. Et devinez quoi ? On parle que cette réunion romaine va entériner un BSP à 7 jours !

Quid de votre trésorerie ?

Imaginez ce que cela représente : vous avez des clients « corporate » qui vous paient normalement à 30 jours (quand tout va bien). Vous devrez donc réellement avancer le montant des billets en leur nom durant au moins 21 jours, avec tout ce que cela comporte comme problèmes de trésorerie.

À qui cela va-t-il profiter ?

Il est probable que cela n’affectera pas trop les géants du « business travel », surtout ceux qui font partie d’une nébuleuse bancaire. Mais pour les plus petites structures, cela risque bien de poser problème. Quel est le but derrière tout ça ?

On peut en deviner deux : favoriser les grosses agences « business » au détriment des autres, pour concentrer au maximum les ventes chez quelques gros opérateurs, facilement identifiables et contrôlables ; et pousser les petites structures à abandonner la vente de billets d’avion pour favoriser les ventes en direct des compagnies.

Enfin, tout ceci n’est encore que spéculation, puisque le point serait en discussion pour le moment. Mais c’est toujours au conditionnel. Même si –ne soyons pas naïfs- on sait où cela va aboutir à terme

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY