Matera (I) et Plovdiv (BG), capitales européennes de la culture en 2019

Plovdiv (Bulgarie) partagera avec Matera (Italie) le rôle de Capitale européenne de la Culture en 2019. Deuxième plus importante ville de Bulgarie, elle compte environ 340.000 habitants. Fondée par les Thraces en 341 avant J.-C., elle est l’une des plus anciennes villes d’Europe, le long du fleuve la Maritsa, chantée par Sylvie Vartan, originaire de la ville.

Elle s’étend sur trois collines, d’où son nom romain : Trimontium, mais diverses civilisations y laisseront ensuite leur empreinte, dont les Macédoniens, les Romains, les Celtes, les Slaves, les Bulgares et les Turcs.

Au sommet des trois collines, d’anciennes ruelles étroites, anciennes et raides avec des maisons noircies avec le temps dont la forme architecturale originale donne un aspect pictural à cette partie de la ville. Le quartier conduisant à Nebet Tepe est particulièrement beau avec une vue donnant sur les alentours, le cours de la Maritsa, et les pieds des Rhodopes.

MateraUne des plus vieilles cités du monde

Considérée comme l’une des plus vieilles cités habitées au monde, Matera, chef-lieu de la province éponyme, en Basilicate, est célèbre pour ses habitats troglodytiques, les sassi, classés sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Matera était l’une des étapes de la Via Appia.

La loi De Gasperi avait imposé en 1952 l’évacuation des sassi en raison des conditions de salubrité précaires de ces quartiers — ni l’eau courante, ni l’évacuation des eaux usées n’avaient été installées — et le relogement de leur population. À cette époque, 15 000 personnes vivent là dans des conditions sanitaires inhumaines.

Un décor de cinéma

Depuis, un énorme projet d’aménagement s’est mis en place, confié aux meilleurs urbanistes du pays, pour créer de nouveaux quartiers, tout en essayant de préserver la sociabilité particulière des sassi. Dans les parties récentes, les façades des maisons ont été reconstruites et certains toits servent de rues aux étages supérieurs. Matera compte aujourd’hui quelque 30.000 habitants.

La ville a été le lieu de tournage de nombreux films, dont le chef-d’œuvre de Pier Paolo Pasolini : « L’Évangile selon saint Matthieu » en 1964, « La Passion du Christ » de Mel Gibson (2004), « Viva l’Italia », de Roberto Rossellini (1979), « Le Christ s’est arrêté à Eboli », de Francesco Rosi, etc.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY