Maroc : un Club Med Essaouira et bien d’autres à venir

Club Med a annoncé son intention de construire un complexe de 350 chambres à Essaouira, une ville de la côte atlantique du Maroc populaire auprès des touristes étrangers et marocains.

Le projet s’inscrit dans le cadre du protocole d’accord Club Med signé avec le ministère marocain du Tourisme, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) pour développer de nouveaux projets dans ce pays.

 Le protocole d’accord concerne trois engagements

La rénovation du Yasmina Club à Tétouan, le développement d’un nouveau village dans la station touristique de Mogador à Essaouira, et l’extension et la rénovation du village du Club Med à Marrakech. Les trois projets auront un investissement global d’environ 140 millions d’euros et devraient créer plus de 600 emplois directs, selon les médias d’Etat marocains.

Club Med Essaouira

Le Club Med va développer un nouveau resort premium à Essaouira en partenariat avec le fonds d’investissement panafricain Grit Real Estate Income Group pour un investissement de 100 millions d’euros. Le Club Med prévoit l’ouverture du complexe de 350 chambres en 2024.

Le complexe, idéal pour les familles et les couples, comprendra un espace Club Med Exclusive Collection accessible toute l’année, des activités de loisirs et une large gamme de sports nautiques.

Un club intégré à son environnement

Le voyagiste français affirme que l’éco-station sera pleinement intégrée à son environnement, offrant aux visiteurs une expérience touristique de qualité combinant le patrimoine naturel, historique et culturel d’Essaouira.

Ce club représentera la deuxième étape du circuit Marrakech-Essaouira du groupe. L’entreprise française souhaite que sa clientèle découvre les richesses du Maroc. Il étudie actuellement d’autres destinations pour établir une présence, notamment autour d’Agadir et de Chbika, à Tan-Tan, dans le sud du Maroc.

La reprise du tourisme au Maroc

Le secteur du tourisme marocain connaît actuellement des chocs similaires à ceux de 1960 et 2001 alors qu’il est aux prises avec une perte de visiteurs sans précédent.

La pandémie de COVID-19 a poussé le pays à fermer ses frontières aux étrangers et, bien qu’une telle décision ait pu réduire l’ampleur de l’épidémie de virus au Maroc, elle a entraîné de lourdes pertes économiques.

Le pays a intensifié ses efforts ces dernières semaines pour accélérer la reprise de son secteur touristique.

En septembre, le Maroc a ouvert ses frontières aux ressortissants exemptés de visa ayant des réservations d’hôtel et aux hommes d’affaires avec des invitations d’entreprises marocaines.

Le pays a depuis assoupli ses exigences de test strictes pour les voyageurs et a permis à d’autres compagnies aériennes d’opérer des vols à destination et en provenance du territoire national.

Agadir et Marrakech ont récemment accueilli leurs premiers groupes de touristes internationaux depuis le déclenchement de la pandémie.

Le tourisme contribue à 11% du PIB du Maroc. Bien que les cas de COVID-19 dans le pays soient en augmentation, le Maroc ne peut pas se permettre de maintenir l’industrie à l’arrêt. Son approche à long terme de promotion de projets tels que le nouveau Club Med accompagne les programmes visant à assurer la sécurité des déplacements des touristes internationaux à court terme.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY