Manifestation Save or Sink à Bruxelles (au Cinquantenaire ce 6 octobre)

Avec les interviews de Florent Eggermont, de Damien Maréchal, de Valérie Theys, de Franco Di Luca et de Yael Grau ainsi qu’une intervention de Koen Van den Bosch (VVR, le pendant néerlandophone de l’UPAV). (durée 9 min. 41)

Marée rouge et ambiance bon enfant (même si l’heure est grave) lors de la manifestation des agents de voyages et professionnels du tourisme à Bruxelles ce 6 octobre à l’entrée du Parc du Cinquantenaire… Rouge comme les zones marquées par le Covid (où l’on peut se rendre mais à ses risques et périls, autant dire pas du tout…)…

Rouge également comme la colère et les revendications de ce secteur particulièrement malmené par cette épouvantable situation. Rouge par l’absence d’avancées, rouge comme un feu rouge qui permettrait d’y voir plus clair dans l’avenir et le redémarrage de la profession.

Car du fait de la crise du coronavirus qui frappe de plein fouet toute l’industrie du voyage et en raison des incertitudes qui menacent les déplacements hors Belgique, c’est tout le secteur du tourisme qui souffre et est à l’arrêt. Et qui voulait rappeler à qui de droit ses craintes pour le présent et l’avenir.

Dont la pire est celle de voir que près d’une agence de voyage sur trois risque la faillite dans les mois qui arrivent. Ou au détour de l’année 2021 qui s’annonce déjà difficile.

Pour ce faire, une manifestation « SOS Travel SAVE or SINK » s’est tenue ce mardi au Cinquantenaire (non loin des bâtiments de l’Union européenne à Bruxelles. Tout un symbole… (ndlr: même si l’on doute que les responsables de l’UE l’aient entendue ou vue, ou pire s’en émeuvent…)

Plusieurs centaines (400) étaient présentes (pour respecter les règles covid) et avaient donc répondu « présent » à l’appel du mouvement Save or Sink. Aux agences de voyages belges s’étaient ajoutées quelques agences de quelques pays voisins dont la France (dont par exemple une participante était venue de Toulouse pour montrer sa solidarité, une autre du Grand-duché), l’Allemagne, les Pays-Bas…

Nul besoin de préciser sur cette chaîne BtoB des dangers et de l’angoisse qui guettent la profession. Nul besoin également de rappeler que l’industrie mondiale du voyage court peut-être à la catastrophe. Elle qui représente plus d’une personne active sur 10 dans le monde en 2019 !

Soit 330 millions de personnes actives, tyous emplois confondus (agents, tour-opérateurs, hôteliers, fournisseurs d’activités, autocaristes, guides… pour un des secteurs les plus actifs dans le monde avec plus de 7,5 billions d’euros…

Chez nous, 3 agences sur 10 risquent la faillite… Et à peine la reprise semble-t-elle pointer son nez à l’horizon… que des nouvelles mesures empêchent, ou font peur, aux touristes potentiels ! Ce qui fait que malgré une timide reprise, on estime que 3 agences de voyages sur 10 courent à la faillite avec des réservations en baisse de plus de 70% par rapport à 2019 !

#saveorsink
#savethetourism

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY