Mandarin dévoilera son «Appartement» parisien

Surnommée « Appartement Parisien », la nouvelle suite signature que dévoilera cet été le Mandarin Oriental Paris, sera l’une des plus grandes de la capitale. Avec 430 mètres carrés, elle a été conçue par les architectes Gilles & Boissier selon l’image d’un véritable appartement parisien.

Un appartement au 6e étage

Le projet consistera à transformer des suites et chambres existantes situées au 6e étage du palace en un grand appartement de plain-pied d’une superficie exceptionnelle.

Agencé sur le modèle de l’appartement haussmannien, la suite sera dotée de quatre élégantes chambres et salles de bain, d’un spacieux espace de réception, d’une salle à manger lumineuse et d’une cuisine équipée. Elle pourra également être aménagée en deux grandes suites communicantes de deux chambres chacune.

« Cet appartement parlera avant tout de lumière, de transparence, de confort, de calme, d’élégance sans ostentation. Nous avons voulu y mélanger les influences et les époques à l’image de la Parisienne, totalement libre et audacieuse! Il reprendra autant les codes du style haussmannien que ceux de l’art déco » explique Dorothée Boissier. « Les moulures 19ème seront entrecoupées par des encadrements de bois qui rappelleront les années 30. Le parquet de bois blond inspiré du point de Hongrie sublimera le mobilier aux lignes contemporaines dessiné sur mesure par Patrick Gilles».

230 mètres carrés de terrasse

Sur le modèle des jardins à la française, la très grande terrasse paysagée de 230 mètres carrés conçue par l’agence Christophe Gautrand & Associés, sera un sanctuaire de sérénité à l’écart du bouillonnement de la ville.

Elle proposera plusieurs ambiances et espaces à adapter au gré des envies et des saisons dans un décor végétal luxuriant.  Parisienne et élégante, cette nouvelle suite surplombera le jardin intérieur de l’hôtel d’une part et la rue Saint Honoré d’autre part.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY