Luxe et tourisme : La France (encore) bien placée

Le tourisme est indissociable des produits de luxe. Près d’un tiers des achats de ces produits sont effectués par des voyageurs en déplacement à l’étranger. Et c’est la France, l’Italie et L’Espagne qui ressortent gagnants. Seul bémol mais de taille, la part d’achat ne fait que baisser depuis 2013.

C’est la principale tendance de la dernière étude publiée par Exane BNP Paribas et ContactLab. Selon les chiffres annoncés, 30 % des achats mondiaux de produits de luxe proviennent de voyageurs en déplacement hors de leurs frontières nationales, que soit pour loisirs ou affaires.

Cocorico, c’est la France, devant l’Italie et l’Espagne, qui en bénéficient le plus suite à la dépréciation de l’euro. Selon l’étude,  les dépenses des voyageurs étrangers pèse entre 70% et 80% du marché. A titre de comparaison, elles ne représenteraient que seulement 50% à 55% au Royaume-Uni et en Suisse et seulement 50% dans les pays du Golfe où Dubaï se taille la part du lion.

Pourquoi acheter ailleurs ce qu’on a chez soi

Côté nationalités, ce sont les voyageurs russes (70% des achats) qui sont les plus gros consommateurs d’articles de luxe à l’étranger avec 70 % des achats Viennent ensuite les voyageurs des pays du Golfe, de Chine, du Brésil et d’Inde. Seul bémol, les Russes et les Brésiliens ont fortement réduit leurs dépenses suite à la crise économique qui touche leur pays.

Cette « fièvre acheteuse » de produits luxe s’inverse pour le trio gagnant des pays qui en bénéficient. Entre 85% et 95% des Français, Italiens et Espagnols achètent ces produits dans leur propre pays. Idem pour les Britanniques, Suisses, Américains et Japonais. Surprise de taille que révèlent également les auteurs de l’étude, « La Suisse pèse moins d’1% du marché mondial des biens de luxe, et le Royaume-Uni 6% ».

Néanmoins, ces parts d’achats des clients étrangers sont en forte baisse depuis plusieurs années. Alors qu’elles pesaient 37 % en 2013, elles ne sont plus que 25 % en 2015. Il y a malheureusement de grandes chances que cette tendance se confirme cette année alors que ces clientèles à haute contribution désertent la France après la vague d’attentats qui secoue le pays depuis 2015. Selon Matthias Fekl, Secrétaire d’État chargé de la Promotion du tourisme, les nuitées des touristes étrangers en France accusent un recul de 10 % au 1er semestre 2016.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY