L’Union Européenne voudrait imposer le test antigénique pour les voyageurs

La Commission Européenne exhorte les pays à reconnaître mutuellement la validité des tests antigéniques et leurs résultats. On a pu constater que durant la crise chaque pays prenait ses propres décisions

Des recommandations à tous les pays membres

La Commission européenne a donné son feu vert pour effectuer des tests antigéniques, tests rapides qui permettent de détecter le COVID-19 en moins d’une demi-heure, pour le contrôle aux frontières des voyageurs dans les pays membres. L’agence a émis une série de recommandations sur ces tests et a exhorté les États à reconnaître mutuellement la validité de ces tests et leurs résultats

Une demande du secteur du tourisme

La demande d’acceptation de ces tests comme preuve valable a été au cours des dernières semaines l’une des principales demandes du secteur du tourisme, compte tenu de sa rapidité à obtenir les résultats et de son moindre coût. Cependant, cette recommandation n’est pas contraignante et n’implique aucun type d’obligation légale.

Un budget pour aider les états

La CE a également souligné que la pandémie a mis en évidence la nécessité d’améliorer la préparation et la gestion des menaces transfrontalières de manière plus efficace, tant dans l’UE que dans les États membres.

En ce sens, la Commission a avancé qu’elle mettra 100 millions d’euros à disposition dans les mécanismes de soutien pour aider les États membres à les mettre en œuvre.

Des tests disponibles dans plusieurs aéroports français

Les tests antigéniques sont désormais effectués dans les aéroports avant le départ ou à l’arrivée. Il est un peu dommage que ces tests ne soient pas rendus obligatoires, notamment à l’arrivée de certains pays ou régions particulièrement touchées par la Covid19.

Quant à la quarantaine « surveillée », on reste dans le débat. Pourtant, certains pays ont pris des mesures depuis plusieurs mois afin d’écarter les personnes positives au Covid19. Elles sont placées soit dans des hôtels, soient chez elles et munies d’un bracelet d’alerte.

Nous avons l’expérience d’une arrivée à Singapour où la quarantaine a été effectuée à l’hôtel. Les autorités appelaient la personne deux fois par jour afin de la localiser.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY