Lufthansa : les pilotes menacent de faire grève … encore

Pour les grèves, les Français sont en principe les meilleurs. Mais ces derniers temps, les Allemands font tout pour prendre le maillot jaune des grèves. Il faut reconnaître que les grandes compagnies aériennes en Europe souffrent, mais elles en sont responsables.

Les pilotes de Lufthansa menacent de faire grève

Le syndicat Vereinigung Cockpit (VC), qui représente les 5.400 pilotes de la compagnie aérienne, menace de déposer un préavis de grève après l’échec de négociations avec la direction de la compagnie. Il s’agit d’un différend de longue date sur les salaires des pilotes.

Les pilotes veulent des augmentations de salaires

Le syndicat réclame une augmentation annuelle moyenne des salaires de 3,66%. Il met en avant l’absence d’augmentations depuis plus de cinq ans et une importante perte de pouvoir d’achat en raison de l’inflation.

Le groupe Lufthansa a fait environ 5 milliards d’euros de bénéfices au cours des cinq dernières années. Les tentations d’avoir une part du gâteau est grande.

Pour Lufthansa, la menace est incompréhensible

Lufthansa prétend que la menace d’une grève est absolument incompréhensible. Dans le but d’éviter de nouvelles grèves, la compagnie aérienne a appelé à lufthansa-greves-2renouveler les négociations, et a proposé de faire appel à un arbitre.

Les causes sont les mêmes que pour Air France

Comme chez Air France, la cause des problèmes de Lufthansa sont d’abord l’expansion des low-cost et de la concurrence des compagnies du Golfe. Très franchement, ces grandes compagnies aériennes sont responsables d’un manque de stratégie.

Elles n’ont pas cru à l’expansion des low-cost et elles en payent le prix. Quant aux compagnies du Golfe, elles ont apporté du service, en particulier sur les classes avant, alors que les compagnies traditionnelles ne bougeaient pas. Elles ont perdu du temps et des parts de marché.

Les syndicats chez Air France devraient bouger également

Le nouveau président d’Air France-KLM, proche du pouvoir politique actuel, cherche à gagner du temps car les élections présidentielles arrivent dans quelques mois. Il a viré le PDG d’Air France sans vraiment trouver de solution pour le remplacer. On évoque le lancement d’une compagnie low-cost long-courrier.

Soyons honnêtes, elle existe déjà sur les Antilles, même si elle n’en porte pas encore le nom. Nombreux sont les passagers qui parlent de bétaillères en évoquant les vols vers les iles françaises des caraïbes. Le plan « Trust » aurait-il déjà du plomb dans l’aile ?

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY