L’influence de Trump sur le faible rendement de votre livret d’épargne

L’influence de Trump sur le faible rendement de votre livret d’épargne

© GettyImages

Les taux d’intérêt sont à nouveau en baisse, et cela ne constitue pas une bonne nouvelle pour celles et ceux qui voudraient avoir un meilleur rendement sur leur livret d’épargne… Mais s’ils doivent critiquer quelqu’un, c’est en partie Donald Trump qu’ils doivent blâmer ; le locataire de la Maison Blanche a un effet indirect sur le rendement de notre livret d’épargne.

Si vous espériez que le rendement de votre livret d’épargne allait retrouver des couleurs et augmenter quelque peu, cela sera, hélas, un pari perdu ! La probabilité que le rendement de notre épargne augmente à court terme est quasi nulle… La faute à qui ? Mais en grosse partie à cause du président Donald Trump. Avec sa guerre commerciale contre la Chine, puis maintenant sa nouvelle guerre économique contre son voisin mexicain, le président américain a plongé les investisseurs du monde entier dans la perplexité.

Un investisseur, c’est quelqu’un comme vous et moi, il a besoin de savoir à quoi va ressembler l’avenir pour pouvoir justement se projeter dans cet avenir. Mais comment le faire avec un président dont l’outil de négociation principal est l’imprévisibilité ? Et que fait un investisseur chevronné quand il ne sait pas à quel saint se vouer, c’est simple, il a peur ! Et quand il a peur, il achète des obligations d’Etat. Le paradoxe, c’est qu’il achète des obligations de l’Etat américain. Pourquoi ? Car l’histoire montre que, généralement, les Etats remboursent leurs dettes, l’emprunt d’Etat est donc une valeur refuge pour les investisseurs déboussolés.

 Mais que se passe-t-il quand tout le monde ou presque se rue sur les obligations de l’Etat américain. C’est simple: le cours de ces obligations monte et par effet inversé automatique, le rendement de ces obligations diminue, donc, les taux américains sont en baisse. Mais pas seulement aux Etats-Unis, c’est aussi le cas en Allemagne, aux Pays-Bas, au Japon ou en Australie. Partout ou presque, les taux sont en baisse. Dans des pays refuges comme la Suisse, c’est pire encore, les investisseurs sont prêts à perdre de l’argent pour prêter à la Suisse à 18 ans. C’est complètement dingue mais c’est comme cela.
Aujourd’hui le stock de dettes qui porte un taux d’intérêt négatif (oui, vous avez bien entendu, qui porte un taux d’intérêt négatif) est de l’ordre de 13.000 milliards de dollars. Grâce à qui ? Mais à Donald Trump en bonne partie ! Résultat des courses : la plupart des économistes ne s’attendent plus à une hausse des taux en 2019, ni sans doute en 2020.
Et comme toujours dans ces situations, il y a Jean qui rit et Jean qui pleure : l’épargnant pleure car, sauf s’il va en Bourse et avec les risques qui vont avec, il devra se contenter d’une misère de rendement sur son livret d’épargne. En revanche, celui qui souhaite acheter un bien immobilier, ou s’endetter, aura plus de facilité avec des taux qui restent au plancher. Merci qui ? Merci Trump !
Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY